Les chroniques de Marjorie – Épisode 1

Samedi matin, 7h. L’horloge biologique de fiston a sonné : « Maman, j’ai faim! ». Non mais, faut tout de même rester poli! On dit s’il vous plaît! Yeux bouffis, je sors de la couette de peine et de misère. Le petit attend son déjeuner posté devant la télé où un méchant poilu exprime fortement sa haine envers le gentil. Classique.

De ma fenêtre, le soleil traverse le casse-tête de ciel formé par les branches sinueuses des arbres de la ruelle. Le clocher de l’église se prépare à l’appel des fidèles, demain, pour la messe du dimanche. En attendant, je me dirige vers le contenant hermétique qui garde mon café au frais. Diantre, plus de café !!!! Un samedi matin sans café, c’est triste et tout simplement impossible.

À Limoilou, quand on n’a plus de cette liqueur foncée qui réchauffe l’âme et le cœur (j’exagère à peine !) et que la faim nous pogne, on se dirige rapidement vers la boulangerie La Fournée Bio. J’habille donc le petit, mitaines mâchouillées comprises, l’embarque sur le « trois-skis » et hop, direction 14ième rue. En ouvrant la porte de la boulangerie, une épaisse buée s’évade, c’est la chaleur du four à pain. Des brioches trois chocolats aux muffins dattes et noix en passant par les croissants, tout y est, sans parler du café !

Comme il y a peu de monde à cette heure, l’ambiance est plutôt calme. Je commande : «Un croissant au chocolat, une danoise aux bleuets, un carré au blé, un grand café au lait et un jus de pomme, s’il vous plaît ». Une minute plus tard, on vient me servir mon plateau avec tous les trésors qu’il contient. Le petit se régale, les joues pleines de chocolat et de bleuet. Moi, j’hume mon café.

Programme de l’avant-midi : glissade sur la butte de la Pointe-aux-Lièvres, petits achats à l’épicerie, retour à la maison pour manger une bonne soupe et se réchauffer. Pour l’après-midi, glissade derrière la maison, mini-atelier conférence sur la BD à la bibliothèque, manger une frite au Café Moka et location de films pour la soirée. Tout ça, à pied. C’est le gros avantage du quartier, tout se fait à pied, à poussette, en traîneau, à vélo. Si en plus vous travaillez dans le coin et que votre garderie n’est pas trop loin, vous avez très peu souvent besoin de la voiture. Économique et écologique. Limoilou, je t’aime !

Je vous offre ce texte en guise d’introduction aux billets que je publierai sur le blog monlimoilou.com. Ces chroniques sur la vie de quartier comprendront des sélections de parcours et d’activités, des découvertes réalisées chez certains commerçants, restaurateurs ou organismes pour les familles à Limoilou.

Je tenterai de dresser un portrait du quartier inspiré de mes propres expériences pour vous inciter à vous y rendre et à le connaître davantage. Si vous y habitez déjà, j’espère vous faire découvrir un certain nombre de secrets encore bien gardés pour ainsi, vous inciter à y rester pour faire grouiller les ruelles de vos petits tannants ! À bientôt !