Radiothon CKRL : pistes de réflexion sur l’avenir de Limoilou

Envol et Macadam 2005 sur le 3e Avenue.Avait lieu hier matin, en introduction du traditionnel Radiothon de CKRL, l’émission Ma vie de quartier à Limoilou. Fil conducteur? Des questions de citoyens recueillies dans ce billet.Les principaux invités de cette table ronde étaient Érick Rivard (collaborateur au blog et président du conseil de quartier du Vieux-Limoilou), Manon Landry (Productions Limoilou en vrac), Steeve Blanchet (Art-Go Création), Anne Beaulieu (conseillère du quartier Limoilou), Diane Charuest (émailleure) et Webster (rappeur). Arnaud Bertrand, l’éditeur de ce blog, a entre autres participé à l’échange. Pour vous, ces quelques notes que j’ai prises en vrac. Je vous invite à les préciser au besoin dans la présente section « Commentaire », histoire peut-être de mettre à jour ce billet la semaine prochaine.

Les « forces » de Limoilou:– Le sentiment de fierté des résidents (la « clique » de Limoilou!) qui s’identifient tout à fait à la personnalité du quartier;- La présence accrue d’artistes qui choisissent Limoilou comme lieu de création et de diffusion de leurs oeuvres; – La qualité du bâti architectural;- La proximité des commerces accessibles à pied;- Un mouvement de retour de jeunes familles attirées par la vie de quartier.Réflexions et enjeux:– La nécessaire revitalisation de la zone industrielle La Canardière – Des Capucins (vocation du l’ancien collège Marie-Moisan et d’autres bâtiments abandonnés, notamment à la suite de la relocalisation du centre d’hébergement). Et sur le terrain de l’ex Inter-Marché, planifier un bâtiment à vocation culturelle (bibliothèque d’importance, par exemple) tout près du cégep;- Ressusciter L’Autre Caserne; – Souhaiter un plus grand engagement des citoyens, par exemple lors des réunions du conseil de quartier, voire même dans l’organisation de fêtes populaires (photo ci-contre);- Maintenir le nom « Limoilou » à l’arrondissement (considérant la réorganisation des limites à venir);- Se pencher sur les problèmes de logement pour les jeunes familles, en particulier pour des maisons de villes facilement accessibles;- Travailler à faire changer dans la mémoire collective (surtout auprès des médias) la fausse perception que le quartier est violent;- Miser sur le rôle majeur des écoles de métiers d’art installés dans le quartier, l’École de joaillerie de Québec à titre d’exemple; – Miser sur la bonne image du phénomène hip-hop au Québec propre à Limoilou;- Mijoter un projet de « Circuit des artisans », c’est-à-dire faire de Limoilou un lieu de découvertes de commerces à l’exemple de Caseus.En conclusion, pour les invités présents, Limoilou va devenir LE quartier « in » de Québec pour sa qualité de vie, respectant en quelque sorte sa philosophie d’aménagement de départ de style new-yorkais. Et dans les mots de la fin, Webster soumet l’un de ses rêves: « Limoilou, un quartier multiethnique sans ghetto! »

Dans les prochaines semaines, je compte à temps perdu revenir sur les thèmes abordés dans l’échange. Entre-temps, ne vous gênez pas, comme dans ce billet, à soumettre vos idées et commentaires![ Aussi, cet autre billet. ]