Savoir reconnaître les attraits et particularités des écoquartiers

(…) Un écoquartier ne peut correctement fonctionner que si ses habitants participent à sa réussite et jouent le jeu. A cette fin, l’éducation environnementale est incontournable et se poursuit tout au long de la vie de l’écoquartier car la population, comme ailleurs, se renouvelle. (…) – Écoquartier (Wikipédia).Source : François Cattapan, Le Journal de l’Habitation, 25 février 2010.

Publicité

Les écoquartiers proposent une nouvelle façon d'habiter offrant à ses occupants un milieu de vie plus agréable, diversifié, écologique, sécuritaire et abordable par la proximité de tous ses services.(…) Bien que l’origine du concept remonte à la fin des années 1980, il demeure encore relativement peu connu. Sans doute que le récent intérêt qu’il suscite amène la nécessité de mieux le définir pour en saisir toute la nuance. C’est ce que suggère Josée Dion, urbaniste et conseillère principale en recherche et diffusion de l’information à la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), dans l’entretien qui suit.Comment définir le concept d’écoquartier? «Un écoquartier est avant tout un milieu de vie accès sur les principes de développement durable. C’est donc un investissement résidentiel durable et abordable, qui répond aux besoins actuels et futurs des membres de notre famille actuelle et future. Cette nouvelle façon d’habiter prend en compte la vie tant à l’intérieur et qu’à l’extérieur du bâtiment. Elle est en lien avec l’existant et non refermé sur lui-même. Ce type de quartier prête attention aux enjeux mondiaux et sociétaux : réchauffement climatique (îlots chaleur, gaz effet de serre), diminution et conservation des ressources. Un écoquartier se veut aussi un quartier durable, établi selon le respect de trois composantes majeures : environnementales, économiques et socioculturelles.» (…)Y a-t-il des exemples d’écoquartiers à ce jour?«De tels milieux de vie existent déjà à plusieurs endroits au Québec et au Canada. Pour qu’ils se multiplient et que les promoteurs s’y attardent massivement, il faut que les acheteurs s’intéressent et encouragent la mise en place de solutions durables en habitation. Des choix sont à faire et la responsabilité est de nature collective. La demande des consommateurs conditionne l’action. On en a la preuve dans la région de Québec, alors que trois projets d’écoquartiers sont en planification. Déjà, la mise en chantier de la Cité Verte est amorcée sur un ancien terrain d’une communauté religieuse dans le quartier Saint-Sacrement. Pour sa part, la Ville de Québec est à orchestrer la revitalisation des secteurs de la Pointe-aux-Lièvres et D’Estimauville pour en faire des quartiers durables. Au total, plus de 4 000 unités de logement vertes s’ajouteront au fil des prochaines années dans la trame urbaine.» (…)

[ La suite. À lire entre autres billets : Écoquartiers D’Estimauville et de la Pointe-aux-Lièvres : rappel. ]