Les étudiants répondent «présents» au débat politique

Excusez-moi M. St-Pierre, où est-ce que je peux me procurer une carte d’Option nationale? »

La question, lancée par un étudiant avant le débat politique qui avait lieu hier à la salle Sylvain-Lelièvre du Cégep Limoilou, a d’emblée trahi l’appui muet qu’allait recevoir le candidat du parti de Jean-Martin Aussant dans Jean-Lesage. Plusieurs de ses interventions – qui tournaient autour d’un Québec souverain, plus riche et maître de ses ressources – ont en effet recueilli leur lot d’applaudissements silencieux (code procédural oblige) parmi les quelque 200 élèves présents. Il faut dire qu’il se sera distingué d’entrée de jeu, avouant en toute candeur n’avoir « aucune expérience en politique. Je suis juste un gars de la gang qui veut parler aux autres gars et filles de la gang pour que les idées circulent. »L’événement était organisé par l’Institut du Nouveau Monde, en collaboration avec l’Association générale des étudiantes et étudiants du Cégep Limoilou (AGEECL). Les principaux candidats de la circonscription de Jean-Lesage avaient reçu une invitation, mais seuls Christian St-Pierre (ON) et Pierre Châteauvert (PQ) l’ont acceptée. Sébastien Bouchard, se présentant pour Québec solidaire dans Chauveau, a excusé Élaine Hémond pour des raisons de santé, tout en faisant valoir qu’il habitait Limoilou et avait fréquenté le Cégep. La Coalition avenir Québec a quant à elle dépêché Mario Asselin (Taschereau) en remplacement de Johanne Lapointe. « J’accepte tous les débats où il y a des étudiants », a-t-il expliqué en évoquant sa feuille de route dans le milieu scolaire. M. Châteauvert, s’en disant « fâché », n’a pas manqué de déplorer l’absence de la candidate de la CAQ et d’André Drolet (PLQ).Une formule qui fait des mécontentsCela dit, la formule retenue n’a pas favorisé les possibles récriminations entre les membres des partis, dont les interactions ont été réduites au minimum. Tout au plus Sébastien Bouchard y est-il allé d’une ou deux questions ou remarques sévères à l’endroit du PQ. Après une brève présentation, tous les quatre étaient appelés à se prononcer à tour de rôle et successivement sur trois thèmes – l’éducation, l’environnement et la culture. Chaque sujet était suivi d’une période de questions en rafale par les étudiants, au terme de laquelle les candidats disposaient chacun de deux minutes pour tenter d’y répondre. Pierre Châteauvert n’a pu retenir un grand éclat de rire lorsqu’il a réalisé qu’il devait réagir à une dizaine d’interventions du public dans un court laps de temps. Si cette formule était à l’avantage des représentants des partis, qui pouvaient ainsi choisir de répondre aux questions qu’ils voulaient, elle aura déplu à quelques étudiants qui, après le débat, se sont plaints de repartir bredouilles.Au moins l’éducation aura-t-elle reçu la part d’attention qui a pu lui faire défaut dans la campagne actuelle. Gratuité scolaire balisée pour ON et QS, annulation de la hausse et tenue d’états généraux pour le PQ, soutien aux élèves du primaire et du secondaire pour favoriser leur accession aux études supérieures pour la CAQ : la diversité des propositions s’est reflétée dans les interventions des étudiants, qui tantôt manifestaient leur scepticisme, tantôt demandaient des précisions. Très peu auront tenté de mettre l’un ou l’autre des candidats en boîte.Pas de surprisesÀ ce stade-ci de la campagne, les propositions des partis sont déjà relativement bien connues. Le débat d’hier n’a donc pas donné lieu à de grandes surprises, si ce n’est la volte-face du PQ par rapport à l’amiante dans le dossier de l’environnement. Mario Asselin n’a d’ailleurs pas caché son étonnement, lui qui, pour la CAQ, va jusqu’à défendre l’arrêt de l’exportation de ce produit. Par un concours de circonstances, l’exercice aura également souligné à gros traits la parenté de pensée entre ON et QS, celui-ci prenant la parole à la suite de celui-là et, donc, se déclarant souvent « en grande partie en accord » avec son vis-à-vis. Aussi n’est-il pas étonnant qu’ils se soient partagés la faveur du public qui, par ses réactions muettes, a semblé plus sensible aux propos de ces deux partis.[ Consultez notre couverture de l’événement sur Twitter ] [ Suivez notre dossier Élections 2012 tout au long de la campagne sur monlimoilou.com/elections. Une série de rencontres avec les candidats des différentes formations dans Jean-Lesage sera publiée d’ici au jour du scrutin. ]