Pastiche de Sur la rue Tabaga

Écureuil à l’affût dans une ruelle du Vieux-Limoilou
La fin de l’année qui approche, c’est le temps des rétrospectives !Vous savez ce que j’aime du Vieux-Limoilou ? C’est qu’il y a toujours quelque chose à voir. Des scènes de rue inusitées, des petits détails que l’on n’a jamais remarqués avant, des rencontres bizarres, des choses que l’on n’est pas sûrs d’avoir aperçues…Après près de dix ans d’errances urbaines, beau temps mauvais temps, j’avais envie de vous partager ce que j’ai vu, des mes yeux d’habitante de rues et de ruelles, de parcs et de neige, de poussières et de poteaux croches de téléphone, ce que j’ai vu mes amis, oui la liste serait longue, fabuleuse! – mais arrêtons-nous sur cette énumération pittoresque, triée au hasard de ma mémoire, de joyeuses rencontres et observations hétéroclites, fortuites, anthropologiques ! Je vous invite à chanter ce pastiche de Sur la Rue Tabaga, seul ou en famille !

Publicité
Réf. Dans le Vieux-Limoilou
        Près de la Canardière
        À l’abri des ruelles
       Devine qui j’ai vu (Qui t’as vu ? Qui t’as vu ?)
 
Un gars rasé, malingre, dans un coin de balcon complètement paf-e
(complètement paf-e)
S’accrochant à sa bière, aux petites heures miaulant comme un loup mala-de
(loup mala-de)
 
Ref.
 
Un gros raton laveur, en pleine rue, tellement gros à en faire peur-re
(en faire peur-re)
Un couple demander à, la caissière combien d’portions y’adansunHamburgerHelper-re
(unHamburgerHelper-re)
 
Réf.
 
Des gobelets de café, le lende-main de la parade des jou-ets
(rade des jou-ets)
Des kids avec la palette, de casquette ben drette qui s’promènent en skate
(s’promènent en skate)
Un bonhomme me quêter, de l’argent pour s’acheter un billet d’bus-se
(billets d’bus-se)
Le même bonhomme le soir, essayer de me vendre un billet d’bus-se
(billet d’bus-se) 
 

Réf.

Des vélos avec des, caissons rouges de la marque laitière Sealtest-te
(Sealtest-te)
Un band pis ses amplis, sortir d’une camionnette sur la 2e
(la deuxiè-me)
Des chaises de camping sur, des balcons des couvertes dans les fenê-tres
(les fenê-tres)
Une ado vanter le, retour des Cités D’Or au IGA-A
(IGA-A) 
 

Réf.

 Un line-up à l’Église, Saint-Fidèle pour le bazar de novem-bre
(de novem-bre)
Un barrage de police, ma belle-mère un écrivain de Grand-Mè-re
(de Grand-Mè-re)
Du ciel jaune enfumé, par les feux de forêt en Maurici-E
(Maurici-E)
Des façades toutes tout croches, des triplex se faire revamper en con-dos
(en condos-dos)
Trois p’tits chats qui courent sous, un char pis un grand gars en bas résille noir
(bas résille noir)
Une pancarte, main furieuse, interpellant un voleur de bicy-cle
(de bicy-cle)
des jeunes femmes en long board, pis des pères à poussette la barbe lon-gue
(barbe lon-gue)
des carrés rouge pas vert, sur des boîtes électriques qu’on voyait plus E
(voyait plus E)
 

Réf.