Le PQ éloigne le Québec de la souveraineté, selon Amir Khadir

« Le PQ éloigne le Québec de la souveraineté. » C’est ce qu’a déclaré Amir Khadir, questionné ce mardi sur la division du vote souverainiste lors d’une visite dans Limoilou, accompagné de son candidat local Sébastien Bouchard.Le député de Québec Solidaire (QS) dans Mercier s’est d’abord entretenu avec plusieurs citoyens à la Brûlerie Limoilou, avant de se diriger vers l’organisme Mères et monde. « J’aime vos idées, votre franchise, mais je ne voterai pas pour vous » lui a lancé un citoyen. Amir Khadir a par la suite accepté de répondre à nos questions.

Depuis des années, le PQ ne fait qu’éloigner les gens de la souveraineté, nous on lui rend service. Ce projet ne semble plus emballant […] Les gens veulent une indépendance du Québec si ça leur donne une amélioration de leur existence. Avec le PQ, ils ont coupures, promesses non tenues, un gouvernement incapable de se mettre debout devant les plus puissants […] un gouvernement qui veut s’associer à Harper pour rendre plus exploitables et prospères les industries pétrolières de l’Alberta. Pourquoi est-ce que les gens seraient intéressés à ça? »

Limoilou est pourvu de plus de 200 organismes communautaires. Qu’est ce qu’un parti comme QS peut concrètement leur apporter?

Nous allons hausser leur financement de 3 millions de dollars. Les organismes communautaires occupent pour le moment un terrain délaissé par l’État. On ne peut pas s’en passer, c’est bon pour une démocratie vivante. Les organismes sont capables de mobiliser les gens sur des enjeux très locaux […] ce qui peut même nous prémunir contre les aléas d’une crise économique. »

Comment éviter la fuite des médecins vers l’extérieur de Québec, et s’assurer que la population du Centre-Ville garde garde un accès à des cliniques urbaines?

Aujourd’hui, il faut s’assurer que les médecins offrent des services à la population et que l’organisation des services ne soit pas taillée sur mesure pour l’intérêt des médecins. On les apprécie, on les paie bien, mais ceux-ci ont des comptes à rendre et une responsabilité vis à vis de la population. Comme gouvernement, nous voulons introduire toutes sortes de mesures incitatives et dissuasives pour les amener à travailler là où il se doit. »

QS a-t-il un plan concret pour faire respecter les lois environnementales au Port de Québec?

 Il faut d’abord avoir le courage d’affronter le lobby des affaires et le lobby minier, qui dictent la conduite du Port de Québec. La santé des gens doit primer sur une activité économique dont le Québec bénéficie très peu d’ailleurs. Je rappelle que le Parti Québécois ne compte aller chercher que 1.5 % de redevances. Les millions de dollars générés par l’activité minière donnent quelques emplois, c’est vrai, mais largement financés par nos crédits d’impôts, mais causent surtout énormément de tort à l’environnement. […] Le gouvernement doit donc contraindre ceux qui produisent, à la source, à payer des redevances punitives si ceux-ci ne changent pas leurs pratiques. »

Quelle est votre stratégie pour atteindre vos objectifs ambitieux de réduction de gaz à effet de serre (-40%) d’ici 6 ans?

 Notre stratégie a été qualifiée de crédible par plusieurs grands médias[…] nous avons été mal cités. Il ne s’agit pas ici de vendre 40% de nos voitures, ce n’est pas cela. Nous voulons donner aux gens le choix d’avoir accès à autre chose. Nous n’avons pas cette liberté là aujourd’hui, en dehors de quelques zones urbaines. Faire Québec – Montréal, ça prend 3 h 40 en train, 2 h 30 en auto, ça n’a juste pas de bon sens! On veut commencer par des mesures incitatives. C’est bien beau de punir les gens avec des taxes et des péages, mais on ne sera pas plus avancés. Nous miserons d’abord sur une infrastructure de qualité, publique et adéquate : des métros, des taxis collectifs, des autobus… »