Élections fédérales : l’environnement au coeur du débat des candidats locaux

Élections 2015, Centre Jean-Guy Drolet
Dans l’ordre : Doni Berberi (Bloc québécois), Antoine Bujold (Parti libéral du Canada), Dalila Elhak (Parti vert du Canada), Raymond Côté (Nouveau Parti démocratique) et Bladimir Laborit (Forces et démocratie). 7 octobre 2015.

Doni Berberi (Bloc québécois), Antoine Bujold (Parti libéral du Canada), Raymond Côté (Nouveau Parti démocratique), Dalila Elhak (Parti vert du Canada) et Bladimir Laborit (Forces et démocratie) ont défendu leurs idées sur la place publique à l’occasion du débat organisé par Monlimoilou.com, en collaboration avec CKRL et Équiterre. En l’absence d’Alupa Clarke (Parti conservateur du Canada) qui s’était désisté quelques jours plus tôt, les candidats de Beauport-Limoilou se sont positionnés sur des enjeux liés aux familles, à l’environnement et au développement économique. Retour sur cet échange cordial qui a connu quelques pointes d’intensité.

Élections, Centre Jean-Guy-Drolet, Raymond CôtéDéputé sortant, Raymond Côté a été la cible de la majorité des critiques de ses adversaires, qui ont remis en question tantôt la pertinence, tantôt la portée de ses actions et réalisations au cours des quatre dernières années. Antoine Bujold s’est révélé son rival le plus coriace, conduisant ce duo à s’imposer davantage au cours de l’exercice, grâce à des lignes de pensée et d’action qui, partis bien établis aidant, semblaient plus clairement définies.Le dossier du Port de Québec et de ses impacts environnementaux s’est notamment retrouvé au cœur des récriminations exprimées par les vis-à-vis de Raymond Côté. « Est-ce que la qualité de l’air s’est améliorée ? […] Qu’avez-vous l’intention de faire ? » a martelé le candidat libéral, accusant le néodémocrate d’avoir instrumentalisé le Port de Québec pour faire de la politique. Tout en défendant les démarches qu’il a menées, M. Côté a pointé du doigt le gouvernement conservateur, au départ frileux à reconnaître la responsabilité d’Arrimage Québec dans le problème des poussières rouges, et l’Administration portuaire, qui a manqué de transparence et d’esprit de collaboration.Élections, Centre Jean-Guy Drolet, Antoine Bujold« Le dialogue marche en autant que les interlocuteurs participent », a plaidé Raymond Côté en déplorant que « les ponts ont été coupés » avec Arrimage Québec et le Port. Une déclaration sur laquelle le candidat libéral a fait beaucoup de millage par la suite, insistant sur le rôle que doit jouer un député pour éviter, justement, que les ponts soient coupés. Mais, chose certaine, tous les candidats ont admis d’une même voix leur préoccupation concernant la qualité de l’air à Limoilou, en appelant à la mise en place d’outils capables de fournir des données fiables et à la poursuite de l’implication des citoyens dans le dossier.Élections, Centre Jean-Guy DroletLe projet d’oléoduc Énergie Est de TransCanada, visant à acheminer du pétrole de l’Ouest au terminal de Québec, a également échauffé les esprits en fin de débat, et ce, jusque dans la salle du Centre communautaire Jean-Guy Drolet où près de 150 auditeurs étaient présents. « Pour ou contre ? Pour ou contre ? » ont lancé quelques voix impatientes devant une réponse qu’elles jugeaient évasive de la part de Raymond Côté. Celui-ci a fini par déclarer que le projet, dans son état et le cadre actuels, était irrecevable pour le NPD. Une même impatience s’est fait sentir à l’endroit d’Antoine Bujold qui, à l’opposé des « contre ! » clairs des Parti vert, Forces et démocratie et Bloc québécois, a fait valoir que, pour de tels projets d’envergure, il veillerait à l’acceptabilité sociale.

Classe moyenne, logement social, économie…

Élections, Centre Jean-Guy-DroletAu-delà des critiques qui, somme toute, ont été modestes dans l’ensemble du débat, certaines idées se sont démarquées. Dans le premier bloc portant sur les familles, l’immigration et les collectivités, la question de la classe moyenne a notamment fait ressortir deux lignes de pensée bien distinctes : d’un côté, les libéraux entendent redonner de l’argent aux familles pour qu’elles décident elles-mêmes de leurs priorités ; de l’autre, les néodémocrates plaident pour l’amélioration des services offerts, entre autres en matière de garderies.Le logement social a eu droit à une guerre de chiffres entre les deux mêmes candidats. Celui-ci faisant partie du plan de 60 milliards de dollars du PLC destiné aux infrastructures, Antoine Bujold s’est moqué du 2 milliards sur 10 ans promis par le NPD, s’en prenant au passage – et à plusieurs reprises – à un cadre financier qu’il juge peu crédible, en dépit de l’assurance de Raymond Côté pour les chiffres présentés par son parti.Élections, Centre Jean-Guy-DroletEn matière d’économie, au cœur du troisième bloc de questions, le maintien du dynamisme de la 3e Avenue tout en veillant au développement d’autres secteurs passe entre autres, selon Raymond Côté, par le fait de redonner aux municipalités la taxe sur l’essence pour qu’elles investissent cet argent dans la revitalisation ou le développement économique. Du côté du candidat libéral, la question passe plutôt par la densité et le développement durable. Mais, s’agissant de plan d’urbanisme, cela relève de la Ville ; comme le rappellera Antoine Bujold à de maintes occasions au fil de la soirée, son parti revendique une certaine liberté d’action : « On n’est pas des dictateurs de projets, on est des partenaires. »

Le citoyen au coeur du débat

Mentionnons en terminant que les citoyens, qu’il s’agisse de les écouter, de les appuyer ou de leur redonner plus de pouvoir, se sont retrouvés sur toutes les lèvres, et de manière sans doute plus insistante du côté de Forces et démocratie et du Parti vert. Pour Bladimir Laborit comme pour Dalila Elhak, les citoyens ont la possibilité, voire le devoir de faire le contrepoids dans les décisions politiques.

La performance des candidats en quelques mots

  • Doni Berberi : laconique dans ses réponses, d’attaque dans ses questions
  • Antoine Bujold : combatif, ferme
  • Raymond Côté : posé, en contrôle
  • Dalila Elhak : engagée, empathique
  • Bladimir Laborit : passionné, articulé

* * *

Ci-bas, montage vidéo résumant cette soirée. Suivi par quelque 200 citoyens, ce débat sera diffusé en différé à CKRL 89,1 vendredi prochain à 10 h.[youtube clip_id= »tRLca2hzd0E » width= »625″ height= » »]