Julien-Pierre Lafrance, l’Ent de Limoilou (1 de 2)

automne-feuilles

Publicité

Rencontre avec Julien-Pierre Lafrance, arboriculteur et élagueur ayant élu domicile dans Limoilou. Un peu comme le ferait un Ent du Seigneur des anneaux, esprit de la forêt qui a l’apparence d’un arbre, l’entrepreneur nous raconte les dessous de son métier et nous parle de l’état et des soins à prodiguer aux végétaux de notre quartier, plutôt choyé en la matière.

D’entrée de jeu, Julien-Pierre Lafrance démystifie le métier d’émondeur par une leçon préliminaire de vocabulaire.

L’émondage, c’est plutôt un terme pour les employés d’Hydro-Québec qui abattent les jeunes pousses ou encore pour ceux qui font la coupe des haies et des arbustes en forme de boules. Pour ce qui est de l’entretien, le soin et la coupe des branches mortes ou faibles, on parle plutôt d’élagage. Ce métier tient compte des propriétés intrinsèques de l’arbre, de son environnement physique et a un caractère moins axé sur l’esthétisme. D’ailleurs, couper un arbuste en boule n’est pas vraiment recommandé pour la santé de l’arbre. »

Est-ce le bon temps pour l’élagage ?

julien-lafrance La saison de l’élagage se termine dans moins d’un mois pour Julien-Pierre, mais uniquement parce qu’il gère aussi une compagnie de déneigement de toiture en pente.

Il est possible de faire de l’élagage pendant toute l’année, mais ça dépend beaucoup des besoins des arbres. Pour ce qui est de la coupe des branches mortes ou faibles, la meilleure période est celle de l’aoûtement, c’est-à-dire lorsque l’arbre a terminé sa croissance en volume et qu’il se structure pour passer l’hiver. »

La santé des arbres dans Limoilou

arbreLes arbres du quartier sont relativement en bonne santé, selon Julien-Pierre. Certes, nous avons de nombreux érables de Norvège qui ont des taches de goudron, mais cela relèverait davantage d’une question esthétique. Plus dangereux est le chancre, toutefois, qui est un type de champignon qui s’attaque à l’écorce de l’arbre. Les dommages se dessinent à long terme, explique Julien-Pierre.

Le champignon empêche le développement de l’arbre sur une partie de celui-ci, mais ça n’empêche pas l’arbre de se développer en croissance sur le restant du pourtour. Année après année, l’arbre continue donc de croître, sauf sur la partie infectée. Après plusieurs années, l’arbre est donc déséquilibré et c’est à ce moment qu’apparaissent les problèmes. »

Place à l’amélioration

Limoilou jouit d’une belle quantité d’arbres. Tous les secteurs sont plutôt gâtés comparativement à nos voisins, Saint-Roch et Saint-Sauveur. Par contre, il reste bien quelques zones, comme celle en bas de la 3e Rue, où l’on pourrait améliorer la plantation urbaine.abre2Pour ces zones sans arbres, à Limoilou comme ailleurs dans la ville, Julien-Pierre croit que la plantation d’arbres n’est qu’une question de volonté de l’administration municipale.

Il suffit d’enlever graduellement du stationnement sur rue pour y mettre des arbres à la place. Nous ne devons pas nécessairement couper un bord de rue entier, mais il est possible de commencer par un simple coin de rue ou encore par une petite déviation en milieu de rue. Les arbres consomment du CO2, ils sont importants pour les résidents des quartiers urbains. »

automne-2e-avenueUn autre problème, selon Julien-Pierre, est la monospécificité des essences présentes dans nos rues.

La Ville plante souvent une seule essence sur un tronçon de rue entier. Ça donne évidemment un certain esthétisme et une symétrie. Par contre, un peu comme pour la monoculture en agriculture, ça fait en sorte qu’au moment où apparaît une maladie, tous les arbres sont malades en même temps. Ça peut provoquer des situations précaires pour un quartier. Par exemple, si une maladie mortelle vient qu’à frapper une essence, ça pourrait vouloir dire de couper tous les arbres d’une rue au même moment. S’il y a plutôt mixité, ça pourrait vouloir dire d’éviter cette catastrophe et de devoir couper un seul arbre. »

***

Demain, conseils de Julien-Pierre Lafrance pour le soin de vos arbres… et le cas de l’agrile du frêne.

Julien-Pierre Lafrance Arboriculteur117, 9e Rue418 455-1855