Le Marché public de Limoilou de retour pour une deuxième saison

Marché public de Limoilou
Photos archives

C’est avec plus de kiosques, une offre de produit renouvelée et variée, et des heures d’ouverture élargies que le Marché public de Limoilou sera de retour pour une deuxième saison, du 2 août au 20 septembre.

Publicité

Fort du succès de sa première saison – quelque 2200 personnes en moyenne au fil de chacun des huit dimanches du Marché public de Limoilou –, il y a eu du changement du côté du Collectif Rutabaga : de nouveaux bureaux, avec pignon sur la 3e Avenue, et un nouveau coordonnateur, Kevin Mark, qui vient compléter l’équipe.

On se professionnalise de manière à assurer la pérennité du Marché, explique le vice-président du conseil d’administration du Collectif, Claude Villeneuve. Il faut dire que, l’an dernier, les membres du conseil, tous bénévoles, avaient terminé l’été la langue à terre ! Aller chercher une ressource permettra de nous dégager un peu. »

Pour huit nouveaux dimanches, avec des heures d’ouverture étendues – demande oblige – qui iront de 11 h à 15 h, le Marché public de Limoilou s’installera à nouveau sur la 3e Avenue, entre la 6e et la 9e Rue.Une localisation qui, en plus de permettre d’aller chercher les passants (les walk-in), a aussi l’allure d’une prise de position :

C’est l’idée d’occuper l’espace public, sur une artère qui est, essentiellement, la colonne vertébrale du quartier, de l’animer quelques heures par semaine, en faire un espace de rencontres. Avec le Marché, on invite les producteurs agricoles à venir en ville, à occuper la rue… Notre Marché, il est pensé un peu dans l’esprit européen – ce n’est pas un modèle qu’on voit beaucoup au Québec et, après la première année, on estime que c’est devenu notre signature », poursuit M. Villeneuve.

Le succès de 2014 aura aussi permis de faciliter la sollicitation de producteurs agricoles. « L’an dernier, ça avait été un défi, il avait fallu établir notre crédibilité. Cette année ? On a dû en refuser. »

Que retrouvera-t-on cet été, au Marché ?

1000266_864212226936374_7887290903134079412_nAu fil des semaines, ce sont 18 kiosques qui seront présents sur la 3e Avenue, alors que l’équipe du Marché public débutera son été avec l’ensemble de ses participants confirmés.Une dynamique qui a permis de bien planifier la saison, d’assurer à la fois la présence d’au moins six producteurs maraîchers par dimanche, et d’offrir un bel équilibre entre les différents autres produits offerts – allant du prêt-à-manger à l’herboristerie ou aux confitures.Parmi les nouveautés 2015, il y a la présence, annoncée, de viande d’autruche des Viandes Lystania, qui sera offerte en exclusivité au Marché limoulois.Les clients pourront aussi trouver de la viande de canard et de chevreau, ou encore, autre première pour 2015, des produits alcoolisés du terroir, via les kiosques du vignoble Domaine L’Ange-Gardien, du Ricaneux et des Boissons du Roi.Les champignons de Chapeau les bois, les herbes d’Herbe à Lou et de Miss Marmite seront de retour, de même que Biolimo, toujours sous la houlette du petit Nicolas Normand, maintenant âgé de 10 ans, qui, lui, sera là quelques dimanches.

Ce qu’on cherche à offrir, outre les produits maraîchers, ce sont des produits de niche, des produits qu’on ne serait pas en mesure de trouver, déjà, sur la 3e Avenue », explique M. Villeneuve.

Plusieurs producteurs limoulois seront également de retour, dont l’équipe d’Accommodation bio, ou encore celle des Colocs, en plus du café de Sobab qui sera vendu sur place. « On cherche à laisser une belle place aux producteurs du quartier », spécifie Claude Villeneuve.L’offre des Colocs s’ajoutera à d’autres produits de type prêt-à-manger, dont Rafaluccia et ses popsicles. Il y aura aussi Cruzine, qui offrira des jus de fruits et des tacos végé, ou encore le traiteur Bouche bée. Une offre de service qui sera appuyée par des espaces-repos plus nombreux cette année.À noter : tous ne seront pas là chaque dimanche et, ainsi, les clients peuvent s’attendre à une belle variété au fil de la saison.

Nous pensons le Marché d’abord et avant tout comme un service de proximité : la plupart de nos clients viennent à pied. C’est d’ailleurs pour ça qu’on ne se voit pas en compétition avec les autres marchés publics de Québec, autant qu’avec un éventuel marché qui s’installerait dans les environs du Centre Vidéotron. »

Toujours en croissance

1497666_864212690269661_3092352058089980191_nPour l’équipe du Marché public de Limoilou, il y a possibilité de continuer, au fil de l’édition 2015, à accroître sa clientèle, à dépasser cette moyenne de 2200 personnes par dimanche. « Notre public, l’an dernier, était surtout composé de jeunes familles ou de gens plus âgés. Nous avons encore du travail à faire pour aller rejoindre les 40-50 ans », explique Claude Villeneuve.Il s’agira, côté promotion, de vanter les mérites de ce contact privilégié avec les producteurs.

Ce qu’on offre, ce sont des produits frais du matin, ramassés par le fermier et ses proches, produits dans des fermes ou des entreprises familiales, et pour nous, ça, ça a une valeur ! Et, en plus, ça nous permet de couper des intermédiaires. »

Question d’offrir une garantie aux clients du Marché, les organisateurs ont demandé aux producteurs participants de proposer des produits issus d’une agriculture « rationnelle », c’est-à-dire d’utiliser le moins possible de pesticides, ou encore d’assurer que les produits vendus sont issus de la région limitrophe – celle de Québec ou encore de Chaudière-Appalaches.

Enfin, au fil de l’été, on sera attentifs à ce qui se passe du côté du Collectif Fardoche, à Saint-Sauveur, qui, eux, on fait le choix de commencer leur saison en juillet… »