Maryse Cléro-Nobréga, photographe et entrepreneure inspirante

maryse-clero

Samedi, 15 h. Je rejoins Maryse Cléro-Nobréga au nouveau Nektar de la 3e. On se commande deux lattés et on s’installe sur une des grandes tables du café pour discuter.

L’artiste photographe habite Limoilou depuis quatre ans. Anciennement résidente de Saint-Roch, elle a choisi Limoilou pour son côté à la fois calme et animé, sa vie de quartier et la gentillesse de ses résidents. Au café, les gens saluent Maryse. Son visage est définitivement connu dans le coin.

Une traversée humaine

« Pour moi, ma caméra, ce n’est pas un kodak, c’est un outil puissant avec lequel je peux réaliser tout ce que je veux », me confie Maryse. Ça, on le comprend rapidement lorsqu’on discute avec elle. Sa caméra est un prétexte pour se rapprocher des gens et entrer dans leur univers.people-lensElle arrive d’ailleurs d’une virée à travers le Canada dans laquelle elle a parcouru plus de 5000 kilomètres afin de s’immiscer dans la vie des personnes qu’elle rencontrait sur son chemin. Le concept est inspiré de Humans of New York, cette populaire page Facebook dans laquelle on découvre les habitants de la grosse pomme, une photo à la fois. Durant son projet qu’elle a baptisé People in my lens, Maryse a souvent séjourné chez l’habitant. Une réelle immersion dans la vie d’étrangers qui, au fil de leurs échanges, sont même parfois devenus des amis.L’idée du projet lui est venue lorsqu’elle a reçu l’appel d’une amie qui habitait Victoria en Colombie-Britannique. Celle-ci souhaitait revenir au Québec et avait besoin d’un lift. Il n’en fallait pas plus pour que le projet prenne vie dans la tête de Maryse. En plus, le moment coïncidait avec la campagne électorale fédérale. C’était donc l’occasion de tâter le pouls des intentions de vote des Canadiens au passage. Après coup, ce qu’elle retient, c’est que tous voulaient du changement. Eh bien, c’est ce qu’ils ont eu !People in my lens Canada est le premier volet d’un projet que Maryse aimerait répéter à l’étranger. En ce moment, elle rêve déjà à son prochain départ.

Entrepreneure impliquée

marieeOn s’en rend compte rapidement lorsqu’on la rencontre, Maryse est un atome libre. Elle fait partie de ces gens créatifs et visionnaires qui préfèrent mettre en œuvre des projets plutôt que d’entrer dans un cadre déjà établi. On comprend alors pourquoi elle a rapidement fait le saut vers l’entrepreneuriat après avoir terminé son bac. En tant que travailleuse autonome, elle a œuvré pendant cinq ans à titre de consultante en communication et marketing. Maryse a également été directrice du mouvement Ça bouge ! et cofondatrice de La Ruche Québec. Deux projets qui font rayonner Québec et qui favorisent son effervescence économique.Maintenant, depuis plus de deux ans, elle se concentre à 100 % à sa passion, la photographie. Ses spécialités sont les prises de vue pour le marketing de contenu, la famille et les événements.

Poursuivre ses rêves

Petite, Maryse admirait Robert Capa. Ce journaliste et photographe d’origine hongroise spécialisé en photoreportage de guerre est particulièrement connu pour sa couverture de la Deuxième Guerre mondiale.Bien qu’elle rêvait d’être photoreporter, quand vint le temps de choisir son domaine d’étude, Maryse opta pour un choix plus rationnel et surtout moins dangereux. Par contre, aujourd’hui, j’ai la conviction qu’elle ne s’est pas trompée, car quand je l’entends me parler de sa carrière et de son projet People in my lens, elle semble heureuse et si près de son rêve.

Maryse Cléro-Nobréga, photographe418 554-5769marysecleronobrega.com