Bandes cyclables sur la 3e Avenue : un premier bilan

Bandes cyclables de la 3e Avenue. 6 juillet 2016.

Depuis la rentrée, les automobilistes et les cyclistes sont de plus en plus nombreux à se côtoyer sur la 3e Avenue. Ça tombe bien, je voulais revenir sur la création de ce nouveau lien cyclable, qui a fait beaucoup jaser cet été.

Je m’étais personnellement réjoui de la nouvelle vision de la Ville de Québec pour le développement de son réseau cyclable. Après avoir moi-même critiqué l’administration à quelques reprises pour son manque d’ambition et d’action en la matière, les bonnes idées que l’on y retrouvaient donnaient un peu d’espoir à tous ceux et celles qui souhaitent de meilleurs aménagements cyclables, synonymes généralement d’une plus grande sécurité pour les cyclistes. En ce sens, la priorisation du lien cyclable de la rue Du Pont et de la 3e Avenue témoignait bien de l’importance qu’accordait la Ville à ce nouveau lien. Conscient qu’il était déjà emprunté par de nombreux cyclistes, la Ville a voulu relier de façon sécuritaire Saint-Roch et Limoilou, de la façon la plus directe possible. Jusque là, tout allait bien.Certaines difficultés sont apparues lors du marquage au sol : les cyclistes réalisaient soudainement que la bande cyclable était en partie dans la zone d’emportiérage, alors que les automobilistes trouvaient que la largeur de stationnement était plutôt restreinte. Néanmoins, le nombre de cyclistes a rapidement augmenté, témoignant très clairement de la demande existante pour un tel aménagement. Par contre, certains automobilistes n’ont pas semblé aussi comblés de côtoyer soudainement autant de cyclistes,  si on en juge par certains commentaires émis dans les réseaux sociaux. J’ai même lu un témoignage où une dame mentionnait éviter dorénavant la 3e Avenue en empruntant les ruelles! À éviter à tout prix évidemment!Bandes cyclables de la 3e AvenueCe n’était pas en soi étonnant que certains automobilistes réagissent ainsi. Québec a beaucoup de retard à rattraper en matière d’aménagements cyclables et quiconque a circulé en voiture au centre-ville de Montréal dans les dernières années a pu constater, de visu, l’omniprésence des vélos, qui ont un effet certain sur la conduite automobile.À la longue, tout le monde apprend à mieux se côtoyer, à ralentir, à anticiper l’autre, à faire attention au plus vulnérable. Je crois comprendre que la Ville de Québec, en implantant ce lien cyclable en plein mois de juillet, a justement voulu donner un peu de temps à tous de s’y habituer avant la période plus chargée de la rentrée. Les comportements changent tranquillement. Reste qu’il faut encore mentionner à certains automobilistes imprudents d’être plus vigilants. La fillette happée sur la bande cyclable de la 8e Avenue ce mardi nous l’a tristement rappelé.En préparation de cet article, je suis donc retourné sur la 3e Avenue et sur la rue du Pont, en voiture comme en vélo. Les constats sont assez évidents: dans Saint-Roch, tout a changé, la rue du Pont est dorénavant une forme de chaussée partagée, les voitures roulent lentement, il y a beaucoup de piétons (de tous les styles d’ailleurs!) et les nombreux cyclistes s’y sentent clairement en sécurité. Il manque encore un lien est-ouest par contre, qui permettrait de se rendre jusqu’à la bibliothèque Gabrielle-Roy et ensuite Saint-Sauveur.Sur la 3e Avenue, je suis plus mitigé, mais le partage de la route semble se faire de mieux en mieux et les voitures roulent plus lentement. J’ai cru remarquer que le cycliste sécuritaire roulera plutôt sur la ligne blanche, question d’éviter la zone d’emportiérage. En essayant de garer ma voiture, j’ai aussi pu constater à quel point l’espace est restreint. Question d’habitude à prendre sans doute. En tout cas, de l’avis de certains, quelques camions de livraison semblent prendre un malin plaisir à se placer en plein milieu de la bande cyclable à certains moments de la journée. Passons…Bandes cyclables de la 3e AvenueInterrogé sur le succès de la bande cyclable, Yan Turgeon alias Le Vélurbaniste, voit la chose positivement :

Je préfère voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. J’ai constaté une bonne différence dans le comportement des automobilistes, qui savent où rouler et respectent le corridor cyclable. Auparavant, je n’aimais pas rouler sur la 3e Avenue alors que maintenant, je fais un détour pour y passer… car c’est très agréable et il y a de la vie. Pour moi, la prochaine étape, c’est de demander le prolongement de la bande cyclable de la 3e Avenue jusqu’à Benoit-XV, peut-être même jusqu’à la 22e Rue, pour boucler la boucle.»

Pour l’an prochain, il serait possible de simplement augmenter légèrement la largeur de stationnement, décaler la bande cyclable en conséquence tout en l’élargissant aussi, ce qui aurait pour effet de diminuer l’espace pour circuler en véhicule automobile tout en demeurant dans les normes. Vous êtes d’accord? Dans tous les cas, félicitons la Ville pour ce premier pas et souhaitons-en d’autres ailleurs.