Visite olympienne à Jean-de-Brébeuf !

Hommage à des athlètes
De G à D : Sébastien Proulx, les athlètes Charles-Philibert Thiboutot, Farah Jacques, Karen Paquin et Charles Moreau, André Drolet et Natalie Bonenfant, directrice de l’école Jean-de-Brébeuf.

En début d’après-midi hier, quatre athlètes ont rencontré les jeunes de l’école Jean-de-Brébeuf peu avant une cérémonie d’hommage à la délégation québécoise des Jeux olympiques et paralympiques d’été de Rio.

Hommage aux athlètes olympiquesSous le regard attentif des quelque 200 élèves réunis pour cette visite tant attendue, André Drolet, député de Jean Lesage, puis Sébastien Proulx, ministre de l’Éducation, du Loisir et du sport, ont respectivement souligné, en introduction, que ces athlètes étaient « de véritables sources d’inspiration » et « qu’un enseignement très important qu’on doit tirer de leur expérience, c’est qu’il ne faut jamais lâcher dans la vie ».

« Avec la persévérance, vous allez réaliser vos rêves »

Les athlètes olympiques Karen PaquinCharles MoreauFarah Jacques et Charles Philibert-Thiboutot ont tour à tour raconté leur parcours de vie et leur expérience olympique avant de répondre aux questions des jeunes.Karen PaquinKaren Paquin, 29 ans, native de Québec, médaillée en rugby :

Ramener une médaille de bronze, ça été une grande surprise pour moi et pour l’équipe, car le rugby, c’est avant tout un sport d’équipe. […] Mon parcours a l’air tout beau, mais ça n’a pas toujours été facile pour moi de faire du sport. À l’âge de 22 ans, j’ai pensé lâcher le rugby, mais j’ai eu la chance de côtoyer d’excellents leaders qui m’ont répété : « Lâches pas, car ce que tu vas perdre, c’est le plaisir de jouer ! ». […] Ce que je veux vous dire, c’est que des échecs, vous allez en avoir, que ce soit dans le sport, à l’école, au travail ou dans les amitiés. Mais il faut être déterminé, avoir la tête dure tout en la mettant à la bonne place, et c’est ça qui va faire que vous allez être fiers de vous à la fin ! »

Charles MoreauCharles Moreau, 34 ans, natif de Victoriaville, double médaillé en paracyclisme :

J’étais un adolescent actif, je courais partout, j’ai fait beaucoup de sports d’équipe. […] En 2008, j’ai eu un accident d’auto qui m’a blessé à la moelle épinière. Ça n’a pas été un « échec », mais disons, un « gros obstacle ». […] Je n’avais pas nécessairement un rêve olympique à ce moment-là, mais comme le sport faisait partie de mon équilibre de vie, que j’avais besoin de bouger, je me suis tourné vers le fauteuil roulant et j’ai commencé à faire de la compétition internationale en 2009. […] J’ai mis beaucoup d’effort, de la discipline comme vous le faites, et c’est de cette façon que je me suis rendu à Rio. […] L’important, c’est de garder en tête qu’on a du fun à faire ce qu’on fait ! »

Farah JacquesFarah Jacques, 26 ans, native de Montréal, médaillée en athlétisme :

Je fais de l’athlétisme depuis le secondaire 2. Avant ça, c’était le basketball. […] En déménageant à Ottawa, j’ai mis le travail de côté en misant sur le sport et les études. En 2012, je me suis blessée à la cheville : ça m’a bouleversée, j’ai dû arrêter l’athlétisme jusqu’à ce que cette même année, je regarde les Jeux olympiques de Londres en me disant : « Moi aussi, j’ai envie d’être là ! ». J’ai trouvé un entraîneur, l’année suivante j’ai amélioré mon temps, puis en 2014, j’ai participé aux Championnats du monde universitaire. […] Avec la persévérance, vous allez réaliser vos rêves ! »

Charles Philibert-ThiboutotCharles Philibert-Thiboutot, 25 ans, natif de Québec, athlétisme :

Je suis un coureur de 1500 mètres. […] À la fin de mon secondaire 4, j’ai participé à mon premier championnat provincial en Cross Country, mais en perdant mon soulier dans la boue, je suis arrivé dernier. Je m’étais alors juré que j’allais arrêter la course à pied, mais mes parents m’ont dit : « C’est pas vrai, tu vas continuer ! ». Je les ai écoutés. […] Plus tard, j’ai joint le club de l’Université Laval en pensant : « On va voir où l’athlétisme va me mener ! ». […] J’ai ensuite remporté le titre d’Athlète de l’année du Canada en athlétisme sous le réseau universitaire, puis j’ai fait mes premières expériences avec l’équipe nationale en poursuivant un objectif à court terme : faire les Olympiques. […] Année après année, à travailler extrêmement fort, j’ai tracé mon chemin, et j’ai surpassé des gens qui avaient plus de talent que moi. […] L’athlétisme m’a permis de voyager partout dans le monde : c’est une grande richesse, selon moi, de voir différentes cultures. […] Mon souhait que je vous transmets, c’est que le sport va vous toucher autant qu’il l’a fait pour moi ! »

Médaille de bronze de Karen PaquinPar la suite, les quatre « héros du jour » de l’école secondaire du Vieux-Limoilou étaient attendus à 16 h à l’Assemblée nationale pour la Cérémonie en l’honneur des médaillés, athlètes et entraîneurs québécois des Jeux olympiques et paralympiques de Rio 2016, en présence du premier ministre Philippe Couillard.À lire aussi : L’excellence d’un enseignant de Jean-de-Brébeuf récompensée