Les aventures de la Famille Têtebêche (Blondie)

Blondie

Dans les journaux des années cinquante, il y avait des bandes dessinées souvent épisodiques. Terry et les pirates, la Souris Miquette, le Prince Vaillant, Steve Canyon et ma préférée, la Famille Têtebêche, traduction de Blondie.

Blondie a été créée en 1930 par le bédéiste américain Chic Young. Le succès fût immédiat, les journaux s’arrachant cette histoire familiale racontant les démêlés de Dagwood (Dagobert), employé de bureau un peu naïf, avec sa femme Blondie, ses enfants, ses chiens et son patron. La famille de Blondie et Dagobert comprend les deux héros, la chienne Daisy (qui est certainement le personnage le plus intelligent de la série), leur fils Alexander (né le 15 avril 1934) et leur fille Cookie (née le 7 avril 1941).On dit qu’à ses débuts, ces aventures ont été suivies aux U.S.A. par 60 millions de lecteurs. Un succès monstre !J’étais friand de cette bédé et de son humour bon enfant. C’était une bande dessinée parfois très courte, de quatre à huit cases et quelquefois occupant une pleine page.Quand nous recevions L’Action catholique, je cherchais tout de suite la page où elle se trouvait. Souvent, c’était en bas de page, comme pour remplir un espace vide à la fin d’un article.La BD a été traduite en 35 langues et distribuée dans 2,300 journaux dans 55 pays.À lire aussi : Camelot pour L’Action catholique (par André Lévesque).