Les cendres de l’incinérateur de Québec pour dépolluer le site d’Armagh ?

Incinérateur de Québec
Incinérateur de Québec, boulevard Montmorency. 10 juillet 2015.
Source : Le Devoir, Isabelle Porter, 30 mars 2016

Les problèmes de pollution au site d’enfouissement d’Armagh (MRC de Bellechasse) pourraient être réglés en partie grâce aux cendres de l’incinérateur de Québec, avancent des scientifiques.

Des chercheurs du Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) suggèrent d’utiliser ces cendres (ou « mâchefer »), au lieu du sable, pour recouvrir les montagnes de déchets d’Armagh.Étant donné que ces cendres ont un pH élevé (alcalin), on pense qu’elles pourraient neutraliser les fortes concentrations de sulfure d’hydrogène (H2S) sur le lieu d’enfouissement technique (LET). (…)Le mâchefer représente les résidus solides produits par la combustion des déchets dans l’incinérateur. Avant de les envoyer dans les sites d’enfouissement, on retire le métal qu’ils contiennent.La Ville de Québec aussi y trouverait son compte, selon son porte-parole Jacques Perron. En transférant du mâchefer à Armagh, elle pourrait limiter les quantités qu’elle envoie à son propre site d’enfouissement à Saint-Joachim, et dès lors, prolonger sa durée de vie. (…)L’incinérateur de Québec produit entre 55 000 et 65 000 tonnes de mâchefer par an. (…)Lire la suite : Les cendres de l’incinérateur de Québec pour dépolluer le site d’Armagh ?.À lire aussi : Visite de l’incinérateur municipal (par Jean Cazes).