Striptease : habiller le site autour du Colisée (2 de 2)

Colisée de Québec
Photo : archives. Ci-dessous : Photo : Steve Fortier-Evers

Hier, dans un premier billet, nous vous avons présenté le projet de Steve Fortier-Evers visant à transformer le Colisée en vaste équipement public ouvert sur le quartier. Au-delà du geste architectural, le concept de ce finissant à la maîtrise met aussi en lumière des conditions gagnantes au plan urbain afin de consolider le vaste îlot d’ExpoCité.

Le site du Colisée, actuellement désert, constitue un immense vide urbain. Ce vide est amplifié par le terrain de sport du Patro et le bassin de rétention qui limite les constructions et les stationnements de surface de part et d’autre de l’avenue du Colisée. Le site est pourtant propice à un développement immobilier, tel que le démontre Steve Fortier-Evers dans son projet.Projet Colisée Steve Fortier-EversAinsi propose-t-il de densifier la partie de stationnement située à l’est du Colisée, le long de l’avenue du même nom. Cette proposition est très intéressante puisqu’elle permet de favoriser un arrimage avec le contexte urbain de cette portion de Limoilou et de doter l’avenue du Colisée d’un front bâti.Selon l’hypothèse de M. Fortier-Evers, près de 200 unités de logement pourraient être érigées en bordure de l’avenue du Colisée. Des trajets de transport en commun y sont déjà implantés et la proximité avec les services du secteur serait un avantage indéniable.On peut aussi parier que parmi les conditions gagnantes d’un marché public d’envergure, comme il est envisagé actuellement pour l’ancien Pavillon du commerce, il doit y avoir un fort achalandage au quotidien. Or, l’apport de nouveaux résidents sur le site permettrait de répondre en partie à cet objectif.Le projet de Steve Fortier-Evers peut être consulté en ligne en cliquant sur ce lien.Pour lire le premier billet de la série : Déshabiller le Colisée plutôt que le démolir