Un coup de cœur, une critique, un vœu (2) : Francine Cyr, directrice du Pavois

Le Pavois
Activité « solidaire» regroupant des membres du Pavois et d’organismes du milieu. Juin 2016. (Photo courtoisie)

Ils habitent ou ils travaillent dans le quartier. Qu’en aiment-ils, qu’en aiment-ils moins, qu’en aimeraient-ils ? C’est à ces trois questions qu’ils seront invités à répondre dans cette série qui donne la parole à des citoyens, commerçants et membres d’organismes de Limoilou.

Le PavoisSis sur la rue Mont-Thabor, Le Pavois offre depuis 1989 soutien et accompagnement aux personnes ayant un problème de santé mentale. Ses deux principales entreprises d’intégration au travail sont les Copies et la FriperieFrancine Cyr en est la directrice générale.

Quel est votre coup de cœur des dernières années à Limoilou ?

La vitalité et la solidarité des entreprises en économie sociale du quartier. En témoignent nos événements comme celui qui a souligné en octobre dernier les 20 ans de La Friperie. »

Y a-t-il un irritant que vous déplorez comme représentante d’un organisme communautaire ?

La Ville de Québec ne développe pas suffisamment de véritables partenariats avec les organismes communautaires qu’elle doit reconnaître comme partenaires sociaux et économiques. »

Comme citoyenne ou dans vos fonctions, quel souhait formulez-vous pour améliorer la vie de quartier ?

Que la société en général soit de plus en plus inclusive, qu’elle favorise la participation citoyenne et qu’elle offre aussi des opportunités d’emploi aux personnes en rétablissement d’un problème de santé mentale. »

* * *

Vous aussi, vous avez des suggestions pour améliorer la qualité de vie dans le quartier ? Pourquoi ne pas les déposer dans la « boîte à idées » de Votepour.ca, qui recueille et analyse les opinions des Limoulois sur divers sujets ?Voir le billet précédent de la série : Claude Audergon, propriétaire de José fleuristeÀ lire aussi : Les Copies du Pavois : une entreprise à connaître