Abattage d’arbres sur le boulevard des Alliés : un enjeu de sécurité | 3 juin 2017 | Article par Jean Cazes

Boulevard des Alliés, 1er juin 2017. (Photo : Jean Cazes)

Abattage d’arbres sur le boulevard des Alliés : un enjeu de sécurité

L’éradication de 13 arbres matures ces derniers jours sur le boulevard des Alliés a suscité de vives réactions de résidents qui se désolent de voir leur rue prendre un visage différent. Cette coupe dite préventive, qui sera compensée par la plantation de nouveaux arbres, s’avérait toutefois nécessaire pour des questions de sécurité, explique la conseillère municipale Suzanne Verreault.

Boulevard des Alliés. Coupe d'arbres.Rencontrée vendredi au lendemain de l’extraction des arbres (vidéo), Suzanne Verreault rappelle que l’opération d’abattage fait suite à une série de travaux de réfection menés par la Ville de Québec depuis un an et demi sur le boulevard des Alliés, entre l’avenue du Colisée et la 1re Avenue, dans Lairet. Des travaux dont la planification a dû être changée en cours de route, mais non sans que les résidents en soient avisés de façon régulière par avis postal. Ils ont notamment été invités à une rencontre d’information le 23 mai dernier au Patro Roc-Amadour.

Boulevard des Alliés. Coupe d'arbres.Pendant ces réfections, poursuit l’élue, la Ville a demandé l’expertise de la firme Nadeau Foresterie Urbaine Inc., de Montréal, qui en est arrivée à la conclusion que certains arbres posaient un risque à la sécurité.

[Les travaux ont] commencé à l’hiver 2015-2016 par le remplacement des conduites d’eau en grès, plus vieilles que les conduites en plomb. Puis il y a eu les travaux de surfaçage qui incluaient la réfection des trottoirs, et il a fallu gratter parfois jusqu’aux racines. Pour ce genre de tâches impliquant de gros arbres, Luc Nadeau Foresterie sont les plus réputés au Québec. Ils ont découvert que les arbres avaient non seulement déjà des blessures importantes aux racines, mais surtout, qu’ils étaient vraiment âgés. Ils ont donc recommandé d’en abattre certains, car ça devenait un enjeu de sécurité. En cas d’orage, comme on nous l’a dit, un arbre de cette taille qui tombe sur une maison peut l’ouvrir en deux…

Il reste que Suzanne Verreault ne se dira pas moins elle-même peinée par cette coupe, considérant entre autres le caractère particulier de l’artère :

Un peu à l’exemple de l’avenue Simon-Napoléon-Parent, dans Saint-Sauveur, qui mène au parc Victoria, historiquement, des Alliés était l’allée prestigieuse allant au site de l’Exposition provinciale, avec ses belles maisons et ses grands arbres…

« Les arbres, on ne les coupe jamais pour le plaisir ! » enchaîne la conseillère municipale. « C’est la somme de plusieurs événements qui a mené à cela… »

Des érables argentés en remplacement

Érable argentéAu final, c’est environ le tiers des arbres qu’on a dû couper entre l’avenue du Colisée et la 1re Avenue. « La technique utilisée a été la même que celle utilisée sur le boulevard Langelier [2005], en creusant en profondeur au centre du tronc », souligne Suzanne Verreault au passage.

La carte ci-bas fournie par la conseillère municipale illustre l’emplacement des 13 arbres abattus sur les 37 recensés. « Ils seront bientôt remplacés par 27 autres, les plus gros qu’on peut planter… », se console Suzanne Verreault.

D’une hauteur d’environ 3,5 m lors de sa plantation, l’érable argenté a été privilégié par la Ville non seulement pour son effet ornemental, mais aussi pour sa résistance en milieu urbain. De plus, cette espère, qui pousse rapidement, peut atteindre 30 m de haut à maturité.

 

Boulevard des Alliés - coupe d'arbres
Source : Ville de Québec – Division de la foresterie urbaine et de l’horticulture.