Chantier à l’écoquartier Pointe-aux-Lièvres : Écocondos Origine (3) | 8 mai 2017 | Article par Jean Cazes

Chantier à l’écoquartier Pointe-aux-Lièvres : Écocondos Origine (3)

Lors d’une visite organisée mercredi dernier pour un groupe d’ingénieurs et de techniciens en architecture, nous avons eu l’occasion de découvrir la tour Origine, qui sera livrée cet automne au coin des rues Bickell et de la Pointe-aux-Lièvres.

Gérald Beaulieu, de Cecobois, a résumé les particularités du projet avant de nous guider dans le stationnement intérieur et les 5e et 10e étages.

C’est le plus haut immeuble en bois dans l’est de l’Amérique du Nord, avec ses 12 étages que supporte une dalle en béton. Il est 100 % bois lamellé collé (CLT), une première qui inclut la structure de poutres et colonnes », a rappelé d’entrée de jeu le directeur du Centre d’expertise sur la construction commerciale en bois.

À l’épreuve du feu… et de l’eau

M. Beaulieu a ensuite souligné « plusieurs obstacles » que le consortium, formé de Nordic Structures bois (fabricant de CLT), Synchro Immobilier (Yvan Blouin Architecte) et EBC (entrepreneur général), a pu contourner après avoir présenté son concept en 2013.

La Régie du bâtiment du Québec (RBQ) a d’abord dit non, car il fallait répondre à son code. Après plusieurs projets de recherche inspirés de technologies appliquées ailleurs, le groupe a fini par convaincre la RBQ. Presque quatre ans de travail ! […] La RBQ a pu ainsi produire son guide de production pour plusieurs étages : n’importe quel promoteur qui suit la recette n’a pas besoin de retourner demander un permis à la Régie », a tenu à ajouter l’ingénieur.

2017-05-03-origine-ml-04Des défis à relever qui auront forgé l’expertise québécoise dans le domaine, le principal enjeu ayant été celui de prouver la résistance du bois au feu. Ce matériau a rendu par ailleurs possible la réalisation de la tour Origine, considérant les particularités du site.

Par le test du feu pour le Conseil national de recherches du Canada, on a prouvé que tout fonctionnait dans les règles et respectait les normes de sécurité. […] À cause du sol de remplissage, un tel bâtiment en bois a pu être érigé grâce à son poids, [qui représente] 60 % d’un autre comparable en béton. […] Des deux étages de stationnement, l’un est hors sol. Ainsi, la structure en bois ne serait pas touchée par une crue centenaire de la rivière.

Gérald Beaulieu a souligné au passage une autre particularité de ce projet « vert » qui a bénéficié d’un financement de la Ville de Québec. Il s’agit de l’installation de broyeurs pour les déchets de table, « envoyés dans un grand réservoir, ensuite récupérés et expédiés en biométhanisation ».

L’écoquartier sur sa lancée

Écoquartier de la Pointe-aux-LièvresLa construction de la tour Origine, au revêtement d’aluminium et d’acier, coïncide avec celle des Écopropriétés Habitus et s’ajoute au premier projet résidentiel terminé du secteur, le Pal6 (photo ci-contre). Tous des bâtiments références pour l’utilisation du bois.« L’écoquartier est vraiment lancé ! » a conclu avec enthousiasme Gérald Beaulieu au départ de la visite. L’ingénieur a d’ailleurs laissé entendre à Monlimoilou le dévoilement prochain de « deux ou trois autres projets d’une hauteur maximale de six étages » à la Pointe-aux-Lièvres. L’un concernerait la parcelle à proximité ouest de la tour, objet récent d’une transaction impliquant un autre promoteur et la Ville de Québec. Rappelons que cette dernière réalisera la passerelle cyclo-piétonnière qui reliera l’écoquartier et le Vieux-Limoilou en 2018.

Pour voir l’évolution du chantier en temps réel.

Lire le billet précédent. À consulter aussi : Pointe-aux-Lièvres : être ou ne pas être un écoquartier, là est la question.