Cuisine de rue : les restaurateurs et les sites sont connus

Camions-restaurants
(Photo courtoisie : Ville de Québec)

Dans le cadre du projet pilote de camions-restaurants qui sera lancé cet été, la Ville de Québec confirme la candidature de 7 restaurateurs qui se déploieront sur 12 sites — parmi lesquels le Domaine Maizerets, lequel réintègre ainsi les rangs des heureux élus après avoir fait l’objet de discussions plus tôt ce printemps.

Ces 7 restaurateurs sont : Le Chic Shack mobile, Les recettes paumées, Food Fighters 504, L’express gourmet, Côtes-à-Côtes Traiteur, Sagamité et Les Délices de la famille Cortina. Cette dernière candidature est toutefois conditionnelle au dépôt d’un complément d’information au dossier soumis au comité de sélection.À compter du 15 juin, ils pourront occuper le domaine public en vertu du certificat d’autorisation (500$) qu’ils se seront procuré auprès de la Ville.

Où manger de la cuisine de rue cet été ?

Domaine de MaizeretsConsidéré, écarté pour reconsidération et, finalement, réintégré, le Domaine Maizerets figure parmi les 12 sites qui accueilleront cet été des camions-restaurants. Dans les quartiers centraux, outre le Domaine, on retrouve le parc de l’Anse-à-Cartier (Limoilou), le secteur de la piscine Saint-Roch, le parc John-Munn (Saint-Roch), le parc Victoria (Saint-Roch/Saint-Sauveur) et le parc Dollard-des-Ormeaux (Saint-Sauveur). Le parc Notre-Dame-de-la-Garde (Cap-aux-Diamants) complète le portrait pour la Basse-Ville.Font aussi partie de la liste : la base de plein air de Sainte-Foy et le parc de la Plage Jacques-Cartier du côté de Sainte-Foy/Cap-Rouge, et le secteur de l’étang de la Côte (Beauport), le parc Étienne-Parent/piscine de Giffard et le parc Girardin du côté de Beauport.Chaque semaine, chacun des camions-restaurants se verra attribuer un site. L’octroi des sites et l’ordre d’attribution s’effectueront en début de saison selon un tirage au sort, indique la Ville. Certains emplacements pourraient être privilégiés par les restaurateurs en raison de leur localisation et de leur achalandage. Le nombre de lieux dépassant celui des candidats, il est donc possible que certains d’entre eux ne soient pas occupés.Cela dit, fera valoir Julie Lemieux,

[c]’est une première expérience qui sera assurément bonifiée en cours de route, à la lumière des commentaires des participants et de la population », estime la vice-présidente du comité exécutif responsable de la culture, du patrimoine et de l’aménagement du territoire.

À lire aussi : Camions-restaurants : le Domaine Maizerets en bonne position