De la fée du Mile End au vrai père Noël de Limoilou | 13 décembre 2017 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Mika - illustratrice et auteure jeunesse

De la fée du Mile End au vrai père Noël de Limoilou

Il était une fois un conte de l’Avent offert par une auteure québécoise et transformé en parcours de lecture par des enseignantes, pour donner envie de lire et de se rencontrer dans Limoilou.

« On le fait ! »

C’est l’artiste montréalaise Patsy Van Roost qui, la première, a semé l’idée du conte de l’Avent. À travers ses projets, celle qu’on surnomme « la fée du Mile End » cultive les liens de voisinage comme antidote au rythme effréné et à l’isolement de la vie urbaine. L’un d’eux consistait à dévoiler chaque soir sur une porte de son quartier une page d’une histoire, à découvrir en se voisinant.

Après avoir vu Van Roost dans une vidéo, l’auteure jeunesse de Saint-Jean-sur-le-Richelieu Valérie Fontaine, avec la collaboration de l’illustratrice Mika, a décidé de lui emboîter le pas. À la façon d’un calendrier de l’Avent, elle a commencé à partager le 1er décembre, à l’aide de Facebook et Google Drive, une page par jour du conte Qui est le vrai père Noël ? L’initiative suscite l’engouement dans la francophonie, de l’Ontario à la Belgique en passant par l’école de la Grande-Hermine.

La littérature jeunesse occupait déjà une place de choix à l’école primaire de la 2e Avenue, explique Lucie Galerneau, enseignante en 1re et 2e année. Une collègue, travaillant également à l’école Saint-Fidèle, a eu l’idée de semer le conte de l’Avent sur un parcours entre les deux établissements. Spontanément, Mme Galerneau a répondu : « On le fait ! »

On voulait créer un « buzz » et amener les familles, les gens à sortir, pour découvrir la lecture et aussi leur quartier », dit celle qui, au fil de ses années d’enseignement, a adopté Limoilou même si elle n’y vit pas.

Une suite l’an prochain ?

Conte de l’Avent
Crédit photo: Jean Cazes

Plusieurs collègues, même des retraitées, ont aidé à mettre le projet sur les rails, créer l’affiche, distribuer les pages. Il y en a 23, une par jour de l’Avent, mais pour pouvoir lancer le parcours rapidement, les enseignantes ont dû faire un compromis. À chaque arrêt, aux deux écoles et chez des commerces participants, ce sont donc trois pages qui se dévoilent en vitrine, aux trois jours. Un indice à chacun permet de localiser le suivant. Le point de départ est à l’école de la Grande-Hermine.

Le parcours et le conte seront complétés officiellement, comme le calendrier de l’Avent, le 23 décembre. Mme Galerneau espère toutefois que les textes demeureront en vitrine jusqu’à Noël. Elle imagine les Limoulois prendre une marche en famille le 25 décembre et (re)découvrir leur quartier en même temps qu’ils liront Qui est le vrai père Noël ?

Les élèves de Lucie Galerneau, eux, visiteront le parcours avec elle le 20 décembre. L’enseignante songe déjà à donner une suite au projet en 2018. « Ça avait un côté impulsif cette année, on aimerait le refaire l’an prochain, mieux, en s’y prenant plus d’avance. On sera rodées ! »