Le Louénok : la microbiologie au service de la bière | 25 août 2017 | Article par Jean Cazes

Crédit photo: Hatem+D Architecture

Le Louénok : la microbiologie au service de la bière

En octobre, une nouvelle microbrasserie artisanale, Le Louénok, verra le jour au 1165, 18e Rue, avec un décor inspiré par la science.

La mission de la future brasserie d’Éric Aubin est de « plonger les amateurs dans la découverte de nouveaux produits brassicoles fabriqués sur place ». Les clients y seront conviés « à déguster des bières tendances et de spécialités dans un concept scientifique entourant le monde de la bière et celui des sciences de la vie ».

Rêve de jeunesse

Éric Aubin a passé les 20 dernières années à étudier puis à travailler en bio-pharmaceutique.

J’ai toujours été passionné par les origines et les procédés de fabrication de tous les types d’alcools, incluant les principes biochimiques qui en découlent. La transformation alimentaire et tout ce qui s’appelle fermentation ont été des voies majeures guidant mes études.

Considérant la popularité grandissante des microbrasseries, le temps était venu pour le titulaire d’un doctorat en microbiologie de réaliser son rêve d’enfance : démarrer sa propre microbrasserie et « développer des bières, de nouvelles levures, aller chercher des goûts particuliers… » Un personnage clé de la microbiologie lui a tout naturellement servi d’inspiration pour identifier son établissement : Antonio Van Leeuwenhoek.

Les travaux de ce scientifique amateur ont permis à d’autres de découvrir, entre autres, que les levures sont indispensables à la fabrication de la bière et de bien d’autres boissons alcoolisées.

Un décor rappelant les vieux laboratoires de sciences

Éric Aubin a mandaté la firme Hatem+D Architecture pour recréer une « ambiance qui se distinguera de ce que l’on voit sur le marché actuel », en conformité avec la thématique choisie pour la microbrasserie.

J’ai dit aux architectes : « Je veux montrer que la bière, ce n’est pas juste une histoire de brasseurs qui essaient des trucs, mais c’est aussi une affaire de sciences, avec des processus biochimiques, qu’il y a un contrôle de qualité et donc un certain protocole à respecter. La salle de service sera ainsi un peu plus épurée, dans un style « laboratoire ».

L’expérience de la clientèle, assure Éric Aubin, sera bonifiée par ce décor semi-industriel agrémenté d’un mur de céramique blanc et de « lampes en forme d’Erlenmeyer ». « Les galopins seront remplacés par des béchers pour les dégustations ! », ajoute-t-il.

Le Louénok occupera une surface de 1500 pieds carrés, pour une capacité d’accueil d’une soixantaine de places dans son bar central. À l’entrée, on pourra entrevoir par une baie vitrée, à droite, la brasserie proprement dite et le laboratoire d’analyse.

Au coeur d’un marché en plein essor

Natif de Limoilou, Éric Aubin tenait mordicus à installer sa microbrasserie dans son quartier d’enfance. Il a d’abord visé la 3e Avenue, « une artère tendance ». Toutefois, il a vite réalisé que « pour un restaurant, ça va, mais pas quand on embarque des cuves de 330 litres, considérant aussi l’espace nécessaire et les normes de bâtiments ». Le promoteur Jessy Langlois, de Concept Saint-Laurent, souhaitait voir des commerces de proximité occuper le rez-de-chaussée du 18 (phase 3 des condos Mont-Thabor). Éric Aubin a jugé que « l’endroit, très bien situé, répondait aux normes ». Le Louénok sera donc la première entreprise à s’y établir.

Tout en soutenant que « la microbrasserie est un milieu très coopératif », il fait remarquer :

Le fait que nous ayons dans Limoilou des microbrasseries comme La Souche et Brasseurs sur demande crée le même genre de « buzz » que l’on observe dans Saint-Roch et Saint-Sauveur. Il y a encore de la place !

Le Louénok proposera plus de 12 types de Ales maison en plus de bières de type Lager sûres et Saisons, sitôt l’équipement de brassage installé. La microbrasserie offrira aussi un menu simple à faible coût, mettant la saucisse de spécialité et la viande fumée en vedette.

Objectif : fin octobre

Dès la semaine prochaine, les travaux débuteront en vue de l’ouverture souhaitée à la fin octobre.

En février, poursuit Éric Aubin, on pourrait être en mesure de préparer notre bière maison sur place. Nos clients pourront se ravitailler sur place !

À moyen terme, il souhaite aussi développer des produits de distillation à base de céréales tels que des gins, whiskys, eaux-de vie « qui commencent à jouir d’une tribune exceptionnelle au Québec ». Plus tard, il espère que la microbrasserie contribue à la formation d’étudiants collégiaux et universitaires. « Un partenariat avec diverses institutions scolaires sera étudié dès le début des opérations. »

En attendant, le Louénok, qui créera une dizaine de nouveaux emplois, est à la recherche de candidats pour pourvoir des postes en cuisine et au service.

Le Louénok
1165, 18e Rue