Serpents, échelles : Limoilou dévoile ses vertes ruelles | 27 août 2017 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Suzie Genest

Serpents, échelles : Limoilou dévoile ses vertes ruelles

Les quatre ruelles embellies dans le cadre du projet À vos ruelles vertes fêtaient leur dévoilement samedi. Chacune, à l’image des gens qui l’ont créée, possède ses formes, ses couleurs, ses plantes et son écosystème, que médias et curieux ont découvert lors d’une visite commentée avec Nature Québec.

Trois des ruelles sélectionnées suivant l’appel de candidatures de février 2017 – Les Jardins de Limoilou, la ruelle des Casseroles et la Parminous, qui évoque les félins du secteur – se trouvent dans le quadrilatère délimité par les 8e et 9e Rue, la 2e et la 4e Avenue. La dernière, à baptiser, relie la 4e Avenue à la 8e entre les 13e et 14e Rue.

Beaucoup de ressources ensemble

Nature Québec a apporté encadrement et conseils, facilité l’accès à des ressources matérielles et budgétaires. Ce sont toutefois les citoyens qui ont réalisé les aménagements et les entretiennent.

La balade commentée avec Noémie Brazeau-Béliveau et Cyrille Frazao de Nature Québec a permis de découvrir la démarche collaborative des citoyens. Certains ont fourni des outils, des matériaux, ont mis à profit leurs talents d’artistes. D’autres mettent à disposition une place de stationnement inutilisée pour créer un espace de jeu, une partie de cabanon pour entreposer le mobilier l’hiver. Impressionnée par cette mise en commun et ses résultats, une résidente d’un autre arrondissement venue pour la visite s’est exclamée : « Ensemble, on a vraiment beaucoup de ressources ! »

Autour d’un boyau d’arrosage

Des arbres en pots se dressent à l’entrée d’une des petites artères verdies, tandis que d’autres sont marquées par un banc ou des plantes hautes. Un des comités de voisins a opté pour un jardin avec des légumes en bac et des smart pots. Telles des échelles, des structures de bois invitent les vignes à grimper aux murs de tôle d’une autre ruelle. Dans la ruelle la plus familiale, des serpents peints au sol délimitent l’espace où les enfants peuvent jouer en sécurité. Le jardin a aussi sa créature reptilienne : un boyau d’arrosage enroulé sur lui-même, symbole du voisin réticent qui s’est finalement investi à fond dans le projet.

Des personnes de tous âges, propriétaires autant que locataires avec la bénédiction de leur propriétaire non résident, ont pris part au projet. L’artiste émailleure Diane Charuest et son voisin peintre-sculpteur, dont c’est l’atelier de travail et non la résidence qui donne sur la ruelle, ont été « accueillis à bras ouverts » et se sont impliqués activement. Certaines ruelles avaient déjà réalisé des aménagements ou même formé un conseil d’administration. Les rencontres, les corvées ont aussi rassemblé des voisins qui n’avaient jamais fait connaissance.

Aujourd’hui la surface, demain l’asphalte

En juin, des résidents dont Sylvie Roy avaient confié à Monlimoilou avoir déjà voulu améliorer leur ruelle mais avoir abandonné devant la complexité du programme de revitalisation de la Ville de Québec. Celui-ci vise davantage des interventions permanentes sur le revêtement. Le projet de surface réalisé avec À vos ruelles vertes leur a donné des ailes, à elle et ses voisins dont Caroline Roy – résidente de troisième génération des rives de leur ruelle :

Ça nous a aidés à savoir quoi faire quand, la planification du projet […] On se disait : on va arroser… mais il faut faire un calendrier d’arrosage! […] C’est organisé, en plus, c’est plus large, les médias en ont parlé, ça donne de la légitimité au projet, ça aide à aller chercher d’autres gens.

Leur comité de ruelle envisage maintenant la prochaine étape : un projet pour retirer l’asphalte. Le soutien de Nature Québec leur a donné accès aux services d’une firme d’architectes-paysagistes pour faire des plans. Leur fête d’inauguration était d’ailleurs l’occasion de recueillir les suggestions de tous les voisins pour faire avancer cette seconde phase en développement.