Vers une permanence de Place Maizerets | 26 octobre 2017 | Article par Dominic Champagne

Crédit photo: Jean Cazes

Vers une permanence de Place Maizerets

La première édition de Place Maizerets, qui s’est achevée plus tôt en octobre, a été un franc succès. Lieu de rassemblement, d’animation, mais aussi de découvertes, le site aura rempli ses promesses… si bien que son avenir s’annonce de bon augure pour le quartier.

Le centre Mgr-Marcoux, gestionnaire de la place éphémère, dresse un bilan positif de cette première édition qui aura mobilisé tout le quartier :

Ça a été une opportunité extraordinaire pour développer des liens avec les commerçants et résidents du voisinage. Les gens se sont bien approprié l’espace. La programmation a amené du monde qui n’était jamais venu ni au centre ni dans le coin », se réjouit Marlène Élément, coordonnatrice des loisirs au centre Mgr-Marcoux.

L’aménagement de l’endroit n’aura pas manqué de plaire grâce au travail des Malcommodes, un regroupement d’étudiants et de stagiaires en architecture. Pour faire vivre Place Maizerets, un calendrier d’activités variées a été proposé tout au long de l’été, en plus des initiatives menées par les organismes et commerçants environnants, qui n’ont pas hésité à prêter main-forte pour assurer le bon fonctionnement de la place publique.

La Bouquinerie Nouvelle Chance a alimenté la tour en livres tout l’été, et ça a été le cœur de l’espace — avec le piano, évidemment. Je ne sais pas combien de caisses de livres la Bouquinerie a amenées… ! Elle a même organisé une soirée poésie. Les commerçants autour nous ont aidés pour l’ouverture et la fermeture du piano public. Le restaurant Le Maizerets s’occupait de la fermeture les vendredis et samedis, l’Auberge Amerik, la fin de semaine, la Boulangerie Julie, le mardi soir », résume Mme Élément.

Vers une place permanente

Rappelons que le projet, rêvé et poussé par le conseil de quartier Maizerets, s’est concrétisé par le concours de la Ville de Québec, les Malcommodes, la Pépinière et le centre Mgr-Marcoux. L’objectif : en faire une place publique permanente.

C’est un projet-pilote sur trois ans, mais nous, on souhaite que la place devienne permanente. J’ai juste hâte de recommencer à travailler là-dessus ! Déjà, la Bouquinerie Nouvelle Chance travaille sur un spectacle de marionnettes pour l’été prochain », explique la coordonnatrice.

Geneviève Hamelin, conseillère municipale sortante pour Maizerets-Lairet, abonde dans le même sens :

Les commentaires que j’ai eus — et j’y suis quand même aller fréquemment —, c’est : enfin, on a un lieu pour se rencontrer. Les gens l’apprécient énormément. L’objectif, c’est de la rendre permanente, cette place-là. Dans le Vieux-Limoilou, c’est ce qu’on avait fait […] : trois été, puis après, on la consolide.

Une deuxième édition améliorée

Dans l’idée d’en arriver à une version permanente, la première édition de Place Maizerets fera l’objet d’un bilan afin d’en arriver à une deuxième édition améliorée. Marlène Élément indique déjà quelques points de réflexion :

  • « Ça passe vite sur la Canardière. En même temps, on ne peut pas détourner la circulation à cause d’une place publique; peut-être que de mettre la limite de vitesse à moins de 50 km/h pourrait aider… ? »
  • « L’électricité, on n’a pas été gâtés de ce côté-là. Il fallait qu’on déroule des 200 pieds de fils. Il faudrait de l’électricité directement sur place pour avoir de l’éclairage et de l’eau. Le bac pour l’eau de pluie n’a pas été installé, on a eu de la difficulté pour arroser nos plantes. »
  • « On va travailler fort avec le conseil de quartier, on a un super lien avec eux. Le président Martial Van Neste et les autres veulent travailler avec nous pour avoir de l’électricité et être plus autonomes. »

Un lieu qui favoriserait la cohésion, l’animation, le sentiment d’appartenance du quartier : Place Maizerets semble sur la bonne voie pour répondre à toutes ces promesses.