Bande cyclable 3e Avenue : « On est ouvert à toute amélioration du projet » | 16 mars 2018 | Article par Stéphanie Vincent

Guillaume Lemieux, agent de recherche en mobilité et urbanisme, lors de la présentation des projets de liens cyclables.

Crédit photo: Stéphanie Vincent

Bande cyclable 3e Avenue : « On est ouvert à toute amélioration du projet »

Jeudi, au centre Jean-Guy-Drolet, la Ville de Québec a présenté deux nouveaux projets de liens cyclables appelés à voir le jour dans Limoilou cet été, sur la 3e Avenue et sur la 22e Rue. Une présentation qui a été accueillie plutôt favorablement par les citoyens présents dans la salle.

Au cours d’une séance d’information qui s’est déroulée sans anicroche, les représentants de la Ville ont d’abord présenté le projet complétant le lien cyclable de la 3e Avenue. Après avoir réalisé en 2016 des bandes cyclables jusqu’à la hauteur de la 12e Rue, on désire maintenant prolonger cet axe jusqu’à la 24e Rue. Deux aménagements sont ainsi proposés, soit une bande cyclable au sud de la 19e Rue et une chaussée désignée au nord (sur Benoît-XV).

La réalisation de la bande cyclable demandera toutefois de retirer une quarantaine d’espaces de stationnement et les saillies de trottoir du côté ouest, car la largeur de la rue à ce niveau ne permettrait pas de faire un aménagement sécuritaire. La Ville a fait 24 visites sur le terrain, de jour et de soir, et a conclu que cela demanderait quelques ajustements, mais ne serait pas problématique dans la plupart des cas. Elle a étayé sa position avec plusieurs cartes et statistiques détaillées du secteur concerné.

« Dans les nombreux relevés de stationnement qu’on a fait, on a constaté qu’il y a de la place pour relocaliser ces places de stationnement », a affirmé Jean-François Martel, conseiller en planification du transport.

La réalisation de cet axe nord-sud était demandée depuis 2016 par les conseils de quartier du Vieux-Limoilou et de Lairet.

Quant au projet sur la 22e Rue, c’est le tronçon entre la 1re Avenue et la 8e Avenue qui sera réaménagé. On prévoit retirer toutes les cases de stationnement afin d’installer une bande cyclable de chaque côté de la rue. La Ville a précisé qu’il y avait trop de transit automobile pour songer à en faire une chaussée désignée. Encore là, elle a fait 16 visites afin de déterminer que le taux d’occupation permettait de réaliser cette modification.

Dans les deux cas, ces aménagements seront saisonniers et le stationnement sera permis pendant les six mois de la période hivernale.

La sécurité au coeur des enjeux

Plusieurs citoyens se sont présentés au micro pour souligner leur satisfaction à l’égard des deux projets. La question de la sécurité routière est revenue à plusieurs reprises. L’importance de l’axe de la 3e Avenue pour les cyclistes du quartier, mais également ceux de l’extérieur a aussi été évoquée. Plusieurs personnes en faveur du projet ont tenu à rappeler l’importance de leurs commerces de proximité, qu’ils fréquentent à pied ou à vélo. Étienne Grandmont, résident du Vieux-Limoilou et directeur d’Accès transports viables, a déposé à la présidente d’arrondissement, Suzanne Verreault, une pétition signée par 333 personnes qui appuient le projet.

Des voix discordantes se sont aussi fait entendre, doutant de la possibilité d’une réelle cohabitation entre les différents usagers de la route sur la 3e Avenue. Des préoccupations ont aussi été soulevées quant à la situation de la quincaillerie. Annie Pilote, propriétaire du Santé & beauté de luxe, a déposé une pétition de gens s’opposant au projet.

Michel Jobidon a pris la parole au nom de la SDC 3e Avenue dont il est le président, et a mentionné que les commerçants s’étaient rencontrés avant la séance d’information et que plusieurs s’étaient montrés favorables au projet, contrairement à ce qui était ressorti dans les médias. « Nos inquiétudes sont principalement au niveau de la sécurité », a-t-il affirmé.

Un projet encore à bonifier

La Ville souligne que le projet n’est pas encore coulé dans le béton.  « Venez rencontrer les gens, faites vos propositions, on est là pour vous entendre et on est ouvert à toute amélioration du projet », a souligné Suzanne Verreault.

La présidente d’arrondissement a d’ailleurs accepté l’invitation des commerçants de les rencontrer.