Claire Vignola, candidate pour le Parti québécois dans Jean-Lesage | 18 septembre 2018 | Article par Baptiste Piguet

Claire Vignola, candidate pour le Parti québécois dans Jean-Lesage.

Crédit photo: Jean Cazes

Claire Vignola, candidate pour le Parti québécois dans Jean-Lesage

En vue des élections provinciales 2018, nous rencontrons les candidat.e.s de Jean-Lesage pour connaître leurs motivations, leur vision et leurs priorités sur des enjeux de la circonscription. Sous la forme d’un questionnaire électoral – le même pour tou.te.s  –, voici les réponses de Claire Vignola, candidate pour le Parti québécois (PQ).

Pour faire connaissance

Claire Vignola, instigatrice et gestionnaire de la galerie Chez Alfred-Pellan, est par ailleurs engagée dans différents organismes communautaires. Elle se présente sous les couleurs du PQ.

Quel est votre lien avec Jean-Lesage ?

J’habite depuis neuf ans à Limoilou et travaille depuis deux ans et demi à la galerie. Mais j’avais déjà aussi habité le quartier auparavant.

Pourquoi avoir choisi de vous engager pour le PQ ?

Je suis depuis toujours au PQ. J’ai commencé en 1976 à Rimouski. Se présenter à une élection, par contre, est une étape dans ma vie. Je veux servir le Québec, faire ma petite part pour développer son plein potentiel.

Quelle est votre vision du rôle de députée ?

C’est la courroie de transmission entre les citoyens, l’Assemblée nationale et le gouvernement. Elle doit être à l’écoute de ses citoyens et les aider. Elle doit être sur le terrain, représenter les services du gouvernement pour la population et répondre à ses besoins.

Quel dossier jugez-vous prioritaire pour Jean-Lesage, celui auquel vous vous attaquerez en premier ?

La question de l’environnement et du Port est enclenchée, mais je garderais un œil dessus. Les lois doivent être appliquées. Je donnerais donc une priorité à la lutte contre la pauvreté, en soutenant les organismes déjà sur le terrain. On peut faire des choses dès les premiers jours sur ce dossier.

Enjeux locaux

Quelle est votre vision pour le développement économique dans Jean-Lesage ?

Je suis pour développer l’économie sociale et les coopératives. En se mettant ensemble, on peut faire de grandes choses. L’économie sociale peut aider beaucoup de monde. Par exemple, sur la proposition du PQ de fournir les lunchs à l’école, ceux-ci pourraient être fournis par des entreprises d’économie sociale, ce qui aurait un effet d’entraînement sur l’emploi et sur la population.

Quelle est votre vision pour la politique de transport à Québec ?

Je suis 100% d’accord avec le projet de tramway. Je suis pour la transformation de l’autoroute Laurentienne en boulevard urbain, pour le covoiturage. Il faut développer le transport collectif. Pour le 3e lien, il faut attendre des études sérieuses.

Quelle est votre vision pour le développement social dans Jean-Lesage ?

Il faut soutenir les coopératives d’habitation pour éviter qu’il n’y ait plus que des condos dans Jean-Lesage et limiter la hausse des prix qui chasse des populations du comté. Le social est une grosse machine avec de gros engrenages, il faut soutenir tous les secteurs pour que la machine fonctionne bien. Il faut s’appuyer sur le dynamisme du comté, ce dynamisme est contagieux et il peut profiter à tous.

Quelle est votre position sur le dossier de la qualité de l’air dans Jean-Lesage ?

Il faut que les lois soient appliquées ! J’ai moi-même marché dans les poussières rouges. Il y a des choses enclenchées, mais le dossier est compliqué. Le Port doit couvrir son vrac. On peut agrandir le port, mais selon les règles, selon un développement durable.

Le mot de la fin

Le PQ est élu à l’Assemblée, quelle est la première chose que fait votre parti ?

Pour le PQ, les citoyens sont au cœur du système, il faut prioriser les besoins des citoyens. Personnellement, je pense qu’il faut s’attaquer à la pauvreté, mais aussi à la santé. Les gens doivent recevoir le bon traitement, au bon moment et par la bonne personne.