Démantèlement des pylônes d’Hydro-Québec : une page d’histoire tournée | 18 mars 2018 | Article par Jean Cazes

Déboulonnage de la première section du pylône à proximité de la 41e Rue. 10 mars 2018.

Crédit photo: Jean Cazes

Démantèlement des pylônes d’Hydro-Québec : une page d’histoire tournée

VIDÉO – Les imposantes structures aériennes qui encombraient depuis 1927 le ciel de Limoilou ne sont plus qu’un souvenir. Retour sur le démantèlement du 10 mars des derniers grands pylônes de l’intersection 41e Rue et Henri-Bourassa. Prochaine et ultime étape : l’élimination des poteaux de fer de la 2e Rue, promise au plus tard en mai.

Encadré de strictes mesures de sécurité, Monlimoilou a assisté à cet événement en compagnie de Geneviève Gourde, porte-parole d’Hydro-Québec pour les régions de la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, et de l’ingénieur de projets en ligne de transport pour la société d’État, François Savard.

Les deux représentants ont mis en contexte et décortiqué la nature des travaux auxquels nous assistions sur l’un des trois derniers pylônes du corridor longeant la 41e Rue.

Des installations vieilles de 91 ans

Trois ans après la réalisation du circuit souterrain local, le démantèlement de la ligne de transport Québec-Reine a été réalisé cet hiver dans le cadre d’une opération beaucoup plus vaste menée depuis l’automne 2017 dans les régions de Québec et Charlevoix, visant le retrait de près de 2000 structures (pylônes en acier et poteaux ou portiques en bois) sur 120 km de lignes. Quelque 25 employés d’Électro Saguenay auront été mobilisés en permanence pour ce grand chantier qui viendra à terme ce printemps, supervisés par trois travailleurs d’Hydro-Québec.

Des postes de Québec et de Frontenac (près du boulevard Laurentien) jusqu’à l’usine Stadacona (cartes dans la galerie d’images ci-bas), ce sont 24 pylônes qui auront disparu du ciel de Limoilou. Datant de 1927, il s’agissait de la dernière des deux lignes aériennes du corridor de la 41e Rue, l’autre qui mène aux chutes Montmorency ayant été démantelée l’été dernier.

La dernière ligne était considérée comme le point charnière du développement électrique de la capitale, avec le poste de Québec auquel elle était reliée. « Elle servait principalement à alimenter la Daishowa de l’époque », fait remarquer François Savard, décrivant ensuite les récents travaux.

Jugé prioritaire, le démantèlement a débuté en janvier dernier dans le secteur de l’hôpital de l’Enfant-Jésus qui, pour son agrandissement, avait acheté nos terrains longeant le boulevard Henri-Bourassa, de la 24e Rue au chemin de la Canardière. Avant le démantèlement des pylônes, il fallait d’abord enlever les fils conducteurs et la « quincaillerie », comme les isolateurs. La descente des conducteurs au sol était l’étape la plus compliquée à organiser avec les autorités : il fallait entre autres tenir compte des rues, des piétons, des lignes de distribution qui croisaient en dessous, avec des dispositions particulières de sécurité, considérant l’âge des installations. On assiste maintenant à la fin, avec ces deux pylônes et le dernier de la 1re Avenue Ouest, qui disparaîtra cette semaine de la cour de la pharmacie.

Le démontage de deux des cinq sections du pylône sis à proximité de la 41e Rue (montage vidéo ci-bas) se déroulant sous nos yeux, l’ingénieur a poursuivi en commentant cette scène « historique ».

Tout ça se fait en une demi-journée, avant de procéder plus tard à l’enlèvement des fondations. On déboulonne ici l’un des pylônes les plus hauts, parce que c’en est un d’angle, au cœur des lignes de distribution. Les sections en acier galvanisé sont déposées au sol, puis une pelle mécanique en fait une « boule » déposée dans un conteneur fourni par Hydro-Québec pour son envoi dans des entreprises de recyclage.

La 2e Rue, étape depuis longtemps souhaitée

Concernant les quartiers centraux, la chronologie des travaux de démantèlement des structures d’Hydro-Québec est balisée en différents points dans le montage de cartes de la galerie ci-bas. En résumé :

  • 1- Section longeant la 41e Rue, incluant le stationnement de l’hôpital de l’Enfant-Jésus : travaux terminés en mars 2018.
  • 2- Section longeant le boulevard Henri-Bourassa et l’hôpital : terminés à la fin-février 2018.
  • 3- Nouveau poste de Limoilou : en fonction depuis l’automne 2012.
  • 4- Section de la 2e Rue : à venir en mai 2018.
  • 5- Poste de la Reine : terminés en novembre 2017. En continuité, les pylônes et les fils de traverse de la rivière Saint-Charles ont été démantelés en janvier dernier.

Au plus tard en mai aura donc lieu une dernière étape, soit le démantèlement des poteaux de fer de la 2e Rue. Comme l’ont souligné en conclusion Geneviève Gourde et François Savard, « cette ligne est particulièrement intéressante au plan historique ; intrigante au plan urbain, avec ces petits pylônes plantés dans un trottoir absent dans les années 1920 ».

En complément, ce montage vidéo illustre le démontage, en ce 10 mars, des deux premières sections de l’un des pylônes du coin de la 41e Rue.