Dix bougies, dix portraits, un Limoilou | 12 octobre 2018 | Article par Suzie Genest

Jean Cazes, le maire Régis Labeaume et Arnaud Bertrand lors du premier anniversaire de Monlimoilou en 2009.

Crédit photo: Monlimoilou

Dix bougies, dix portraits, un Limoilou

En 2008, le néo-Limoulois d’origine française Arnaud Bertrand lançait une plateforme web pour contribuer au rayonnement de son quartier. Monlimoilou n’a pas tardé à susciter l’envie, de la Basse-Ville à la Haute-Ville. Pour ses 10 ans, le premier des Mon vous offre une série de 10 portraits spéciaux, un 5 à 8, une expo-photo… et quelques mots du fondateur sur une décennie de bon voisinage, envolée au rythme de la circulation de transit.

Monlimoilou rencontre Arnaud Bertrand

Quels changements remarquez-vous le plus à Limoilou depuis 2008 ? Monlimoilou a-t-il pu y contribuer ?

« Limoilou a gagné en qualité de vie pour ses résidents, notamment grâce à la création de places publiques et de pistes cyclables dans le quartier. Dès 2011, notre collaborateur urbaniste Érick Rivard publiait sur la nécessité de créer une place publique dans le Vieux-Limoilou ! Monlimoilou a très certainement participé à la réflexion… et même à la réalisation du premier espace public éphémère de la capitale. Nous sommes particulièrement fiers du stationnement piéton et de son piano public sur la 3e Avenue, en partenariat avec la SDC 3e Avenue et la Ville de Québec.

Limoilou est devenu un quartier dont on parle plus positivement dans les médias, une destination commerciale intéressante, un quartier attractif pour les jeunes familles. La perception du quartier a énormément changé en 10 ans, c’était une de nos missions premières en 2008. Nous y avons assurément contribué, par notre présence sur le Web et les réseaux sociaux. »

 Aujourd’hui en 2018, quel serait le plus grand défi de Limoilou ?

« Rester lui-même, rester accessible à tou.te.s, peu importe leur origine ou leur rang social. Surtout ne pas se laisser attribuer d’étiquette et dompter par des faiseurs d’image. Ce sont ses résidents, ses entrepreneurs, ses organismes qui ont fait du quartier ce qu’il est aujourd’hui. »

 …et celui de Monlimoilou ?

« Conserver une part de journalisme citoyen à travers une équipe de professionnels. Rester à l’affût des changements du quartier, en demeurant une référence pour s’informer sur celui-ci. Contribuer au développement économique et social du quartier. »

En 2028, Limoilou aura enfin…

« Un air sain à respirer, une offre accrue de maisons de ville pour les familles… Et la boutique Séraphin sera de retour dans le Vieux-Limoilou ! »

…et Monlimoilou ?

« Monlimoilou aura, je le souhaite, traversé la crise des médias… En misant sur sa proximité et son hybridité, qui posent des défis particuliers, mais offrent aussi des opportunités privilégiées. En 2028, j’espère qu’il y aura deux fois plus de personnes qui « aiment » Monlimoilou, pas seulement sur Facebook ! Ce sont ces personnes – qui nous lisent, qui écrivent, vous… – qui ont fait de Monlimoilou ce qu’il est aujourd’hui. »

Portraits, 5 à 8, exposition : que la fête commence !

D’ici le 5 novembre, Monlimoilou publiera 10 portraits de personnalités limouloises en vous invitant à voter pour votre favorite. Le 14 novembre, lors d’un 5 à 8 d’anniversaire public à l’École de cirque, le ou la gagnant.e sera dévoilé.e.

Une exposition de photos, oeuvres de notre collaborateur depuis la première heure Jean Cazes, complétera les festivités. Évolutive, elle visitera quelques lieux et événements pour culminer au printemps 2019 par une installation intégrale, dans une ruelle près de chez vous.

Surveillez les publications de Monlimoilou pour ne rien manquer et soyez de la fête !