Karoline Stanton, la duchesse de l’autre bord de la track | 25 janvier 2018 | Article par Émilie Rioux

Crédit photo: Morgane Clément-Gagnon

Karoline Stanton, la duchesse de l’autre bord de la track

C’est une première historique. Jamais, depuis la naissance de la Revengeance des duchesses, le duché de Maizerets n’avait été représenté. Jamais, jusqu’au jour où Karoline Stanton s’est levée bien droite pour donner une voix au peuple, de l’autre bord de la track.

Les origines de cette jeune femme à la crinière rose demeurent plutôt aléatoires. Née à Sainte-Foy, elle aurait déménagé pas moins de 10 fois avant la fin de ses études secondaires, de Québec à Montréal, en passant par Sherbrooke… jusqu’à Londres! C’est en territoire royal anglais qu’elle part à l’aventure après ses études, pour n’en revenir que 12 ans plus tard avec « trois enfants, un chum et bien des valises ».

Après tout ce chemin, Karoline est de retour au Québec, installée depuis deux ans et demi au cœur de Maizerets, un royaume riche de son multiculturalisme, qu’elle compte faire briller de tous ses feux. « C’est unique à Québec, je pense. Dans l’école de mon fils, il y a 42 nationalités qui se fréquentent. Ça amène de la diversité, c’est l’fun! […] Ici, il y a le Cercle des fermières qui côtoie le Club de francisation. De voir comment ces gens-là s’intègrent les uns aux autres, je trouve ça fascinant », explique la duchesse, de retour au bercail avec un regard neuf. Un important recul, puisqu’en 10 ans, Québec a beaucoup changé et aura bien besoin de se faire apprivoiser de nouveau par sa duchesse.

Kaléidoscope ducal

Karoline Stanton
Crédit photo: Morgane Clément-Gagnon

Les gens connaissent mal Maizerets. À Maizerets, il y a autre chose qu’un incinérateur. Que l’institut Robert-Giffard. Que l’hôpital l’Enfant-Jésus. Ce sont de gros immeubles. Mais il y a aussi du petit monde, éparpillé dans le quartier, des gens qui font leur petit bonhomme de chemin et qui font la couleur si originale du quartier, selon Karoline. « C’est une population vieillissante et une population immigrante, qui amène des enfants. Ça fait un paysage un peu kaléidoscope. » De toutes ces couleurs elle teintera son règne ducal, à l’aide de portraits divers qui vous amèneront dans son monde, les deux pieds dans le milieu communautaire. « Je veux partager ma plate-forme avec d’autres gens qui n’ont pas la chance de se faire entendre. Y en a dans mon coin, du monde comme ça. Du monde qui aurait bien des choses à dire, qui aimerait qu’on connaisse leur réalité. » Elle s’appelle Karoline de Maizerets, première du nom. Elle ne manque pas d’idées. Maizerets, ta duchesse est prête à célébrer.

Pourquoi être duchesse de la Revengeance?

Parce que j’ai tellement réécrit mon questionnaire dans ma tête, depuis l’année dernière, qu’il fallait que je me sorte ça du cerveau. Je connaissais le concept, j’avais déjà suivi la Revengeance [N.D.L.R. elle est la cousine de Claudine, duchesse de la colline Parlementaire 2014] et je m’imaginais ce que je ferais, moi, si j’étais à sa place!

Maizerets, c’est…

Un kaléidoscope. J’aime l’image, parce que c’est toutes sortes de petits points de couleur, de toutes sortes de formes qui n’arrêtent pas de bouger. Tu le shakes un peu et ça change de place; ça a l’air différent, malgré que c’est toujours le même monde!

Maizerets, ce n’est surtout pas…

Surtout pas Limoilou! C’est distinct. Je ne me suis pas posé la question une seconde quand on m’a demandé le duché que je voulais représenter. C’est une réalité de vie qui est totalement différente.

Quelle est ta stratégie pour gagner les votes du public?

Je vais inonder le blogue de tellement de choses qu’ils n’auront pas le choix statistiquement de voter pour moi une fois de temps en temps (rires)! En tout cas, si je suis capable avec l’échéancier! Je veux faire découvrir quelque chose de tellement différent que les gens vont tripper!

À compter du 1er février – et jusqu’au 16 février -, vous pourrez suivre la duchesse de Maizerets sur Facebook et sur le site de la Revengeance.

Samedi : Portrait de la duchesse de Limoilou