L’école Saint-Fidèle chasse la grisaille en s’offrant une cour verte | 4 juin 2018 | Article par Dominic Champagne

La cour d’école grise et asphaltée de l’école Sain-Fidèle s’est transformée en classe verte.

Crédit photo: Dominic Champagne

L’école Saint-Fidèle chasse la grisaille en s’offrant une cour verte

Depuis de nombreuses années, l’école Saint-Fidèle innove pour rendre sa cour d’école, bordée d’asphalte, plus attrayante. Son personnel ne manque pas une occasion d’embarquer dans des projets stimulants et avant-gardistes en faveur des élèves. Après le terrain de soccer synthétique, on présentait récemment le projet de classe verte, non sans fierté.

La classe verte est un projet de design à la fois environnemental et artistique, qui donne un nouveau visage coloré à la cour de l’école Saint-Fidèle. Conçue comme une petite place publique, elle se compose de deux modules de bois en forme d’estrade, assortis de bacs dans lesquels on peut planter des fleurs ou des légumes. Accrochée à un arbre, une toile donne un peu d’ombrage.

Disposés par terre se trouvent également plusieurs pneus récupérés munis de cordons élastiques, qui font office de sièges. Enfin, les œuvres colorées accrochées aux clôtures offrent une réinterprétation du chef-d’œuvre du peintre Jean-Paul Riopelle, Hommage à Rosa Luxemburg.

Une démarche participative

L’ensemble du projet a été conçu et décidé par les élèves de deux classes, celle de madame Andréanne (6e année) et celle de monsieur Olivier (5e-6e année). Le projet fut entre autres piloté par Catherine Bilodeau de l’organisme Fusion Jeunesse, dont la mission est de « contrer le décrochage scolaire en créant des liens continus entre le système scolaire et sa communauté en implantant des projets pédagogiques et innovants ». La coordonnatrice faisait ainsi des visites ponctuelles avec les élèves afin de guider leur inspiration et leurs idées.

L’organisme Nature Québec s’est également impliqué dans cette cour nouveau genre, à travers le programme Milieux de vie en santé, qui lutte contre les îlots de chaleur urbains (notamment en Basse-Ville, l’an dernier). En fait, soulignant la collaboration de plusieurs partenaires – dont un architecte, un historien, ainsi que les commerces Rona et Juneau –, Catherine Bilodeau parlera de la classe verte comme d’« un exemple de projet participatif innovant ». La directrice de l’école, Julie Vincent, n’était d’ailleurs pas peu fière d’accueillir cette initiative « tombée du ciel ».

Un milieu de vie dynamique

En plus d’hériter d’une cour plus conviviale, les élèves de l’école Saint-Fidèle apprennent, grâce à de tels projets, à se créer un milieu de vie qui répond à leurs besoins. C’est là un bel enseignement, qui s’accorde avec le dynamisme du quartier.

S’investissant jusqu’au bout, les élèves des deux classes servaient les jus et les bouchées comme des pros, lors de la conférence de presse marquant l’inauguration de la classe verte. Une présentation théâtrale de leur conception fut un véritable vent de fraîcheur. Plusieurs parents, frères et sœurs étaient présents pour féliciter les jeunes concepteurs.