Les élèves s’activent à Saint-Albert-le-Grand et Sainte-Odile | 19 mars 2018 | Article par Valérie Marcon

Des élèves de Saint-Albert-le-Grand s’initient au ski de fond dans la cour d’école.

Crédit photo: Courtoisie

Les élèves s’activent à Saint-Albert-le-Grand et Sainte-Odile

Grâce au programme École active, deux écoles primaires de Limoilou ont chacune mis sur pied cette année un projet favorisant l’activité physique dans un cadre sécuritaire. Alors que, du côté de Saint-Albert, on s’initie au ski de fond dans la cour d’école, à Sainte-Odile, on se familiarise avec la prévention de la noyade.

Le programme École active du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MÉES) vise à soutenir financièrement les écoles, qu’elles soient publiques ou privées, pour « améliorer ou diversifier la qualité de leur offre en matière d’activités physiques, sportives et de plein air, et ce, pour le plus grand nombre d’élèves possible ». Dans la région de la Capitale-Nationale, pour l’année scolaire 2017-2018, 16 écoles ont été sélectionnées, dont 2 sont situées dans Limoilou, secteur Lairet pour être précis.

« Jouons dehors ensemble dans l’harmonie »

À Saint-Albert-le-Grand, c’est la direction de l’école, en collaboration avec le comité cour d’école, qui a développé le projet « Jouons dehors ensemble dans l’harmonie ». Les membres du conseil des élèves y ont également contribué en sondant leurs camarades sur ce qu’ils aimeraient dans leur cour. L’idée était de venir compléter le matériel que possède l’école pour jouer dehors et animer les périodes de récréations (ballons, traîneaux, cordes, pelles, etc.), pour ainsi bonifier les démarches déjà entamées en faveur d’une meilleure gestion de la cour et des interactions entre les jeunes. L’objectif était également de proposer un volet « découverte du plein air ».

Ce sont ainsi 26 paires de skis et 31 paires de chaussures qui ont été achetées pour permettre d’initier les élèves de la 1re à la 4e année au ski de fond, dans le cadre du cours d’éducation physique de Josiane Dionne. Celle-ci poursuit d’ailleurs les demandes de soutien financier afin de pouvoir offrir l’activité aux autres niveaux grâce à l’acquisition de nouvelles paires de chaussures.

Il faut dire que dans cette école, nombreux sont les élèves qui n’avaient jamais fait de ski de fond. C’est l’occasion pour eux de découvrir un nouveau loisir hivernal directement dans leur cour d’école. Le temps de quatre cours, ils apprennent à chausser leurs skis, à glisser, à prendre soin du matériel, tout en développant leur persévérance ! L’engouement est là : lors de la séance à laquelle j’ai assisté, alors que la cour était entièrement glacée et que les élèves tombaient en cascade, leurs sourires en disaient long sur le plaisir qu’ils prenaient à cette activité !

« Nager pour survivre »

À l’école Sainte-Odile, c’est le projet « Nager pour survivre » qui a été retenu dans le cadre d’École active. Développé par la Société de sauvetage du Québec, « Nager pour survivre » n’est pas un cours de natation classique, mais vise plutôt la prévention de la noyade. À l’école Sainte-Odile, c’est un sujet important et l’équipe-école s’est mobilisée pour pouvoir le déployer. Jean-François Moisan, enseignant d’éducation physique, et les enseignants titulaires des classes concernées s’impliquent ainsi pour amener leurs élèves à acquérir les trois habiletés aquatiques qui leur permettront de mieux réagir en cas de chute en eau profonde.

Grâce à des cours théoriques et, bien entendu, à des cours pratiques qui sont donnés à la piscine du Patro Roc-Amadour par des sauveteurs qualifiés, les enfants apprennent par exemple à démystifier l’utilisation de la veste de flottaison, à surmonter leur éventuelle crainte de l’eau, à se comporter de façon sécuritaire près d’un plan d’eau, qu’il s’agisse d’une piscine ou d’un lac gelé. On leur enseigne également les gestes à faire en cas de chute accidentelle dans l’eau.