Limoilou dans les années 1970 (29) : les tours qui ont changé le visage de Maizerets | 14 juillet 2018 | Article par Jean Cazes

Crédit photo: Archives de la Ville de Québec

Limoilou dans les années 1970 (29) : les tours qui ont changé le visage de Maizerets

La série « Limoilou dans les années 1970 » revisite le passé du quartier à travers des images d’archives tirées de diverses sources.

Prise le 26 novembre 1970, la photo à la une est tirée d’un négatif représentant la construction de tours d’habitation situées à la Place Bardy (description des Archives de la Ville de Québec).

La scène comparative ci-bas, direction nord, capturée à partir d’un stationnement commercial longeant la rue Désilets, date du 9 juillet 2018.

Souvent qualifiées de « staliniennes » pour leur architecture, les deux tours – longtemps mal-aimées faut-il le dire – ont depuis été rénovées, comme les autres immeubles de l’ensemble résidentiel qui a vu le jour au début des années 1970. De plus, de nombreux arbres agrémentent maintenant ce coin en retrait du reste du quartier Limoilou, qu’une riche vie communautaire contribue aussi à rendre des plus accueillants.

Quelque 1200 résidents de toute origine

L’histoire des Appartement St-Pie X s’inscrit dans la foulée des démolitions entreprises durant le vaste programme de « rénovation urbaine »  qui a marqué le règne de Gilles Lamontagne, de 1965 à 1977. Le maire était, dit-on, « en guerre contre les taudis »…

On le sait, la construction de tels ensembles de HLM a considérablement modifié la trame urbaine et le portrait social de vastes secteurs de la Basse-Ville, notamment du côté de MaizeretsUn chapitre de Saint-Roch, une histoire populaire s’attarde au contexte qui avait mené à la réalisation, au coût de 8 M $, de la Place Bardy, rebaptisée plus tard Appartements St-Pie X et objet à l’époque d’une vive critique citoyenne.

La construction de HLM est le premier enjeu du Comité [des citoyens de l’Aire 10]. En 1968, ses membres apprennent par les journaux que la Ville a décidé de l’emplacement d’un futur HLM et ce, sans les consulter. C’est Place Bardy qui, située à des kilomètres de St-Roch, doit héberger les expropriés du réaménagement. Il s’agit du plus gros projet immobilier public au Québec depuis la construction des habitations Jeanne-Mance à Montréal.

Illustré de nombreuses photos, ce document résume également les origines de l’ambitieux projet. Il dresse aussi le portrait de ses résidents. Produit il y a trois ans par l’Office municipal d’habitation de Québec, on y apprend que la construction de Place Bardy débute le 7 octobre 1969, en pleine campagne électorale municipale. Les 15 premières familles y aménagent en décembre 1970. En 2015, 1218 résidents habitent les 446 logements des Habitations St-Pie X, dont 463 enfants de moins de 17 ans (38%), 11% de personnes seules et 58% des personnes issues de l’immigration. Tous les continents et toutes les grandes religions y sont représentés.

Soulignons enfin que L’Évasion St-Pie X, organisme communautaire phare de Limoilou implanté au coeur de l’ensemble depuis 1992, s’est donnée comme mission d’intervenir prioritairement auprès des résidents du secteur vivant des problèmes d’ordre économique, psychologique ou social.

Archives de la Ville de Québec

À l’exemple de la photo ci-haut, les images archivées de la Ville de Québec sont accessibles en ligne. On peut en faire la diffusion sans licence et sans frais en utilisant les vignettes estampées au logo de la Ville et en citant correctement les sources.

Voir le billet précédent de la série : Incendie au China King.