Limoilou retrouve son tramway ! | 16 mars 2018 | Article par Erick Rivard

Ligne de tramway sur la 1re Avenue – ici, à la hauteur du Trait-Carré à Charlesbourg avec, en arrière-plan, le centre-ville de Québec.

Crédit photo: Ville de Québec

Limoilou retrouve son tramway !

Plus de 60 ans après la disparition des streetcars dans les rues de Québec, Limoilou retrouvera un tramway sur la 1re Avenue. Mais ce n’est pas tout : c’est un véritable réseau structurant majeur que dévoile aujourd’hui la Ville de Québec, articulé autour de quatre niveaux de service, et Limoilou y trouve assurément une place de choix.

Je suis membre du comité de mobilité durable mis en place par l’administration municipale en 2017. Je suis tellement fier de pouvoir enfin parler des retombées positives de ce projet de transport structurant pour notre quartier !

D’abord, un tramway, qui aura ses terminus à Charlesbourg et au Parc-o-Bus Legendre (arrondissement Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge), arpentera la 1re Avenue et le boulevard René-Lévesque en desservant les deux principaux pôles de la Haute-Ville.

Puis, un trambus (bus à haute capacité, en site propre et à propulsion électrique) empruntera depuis Beauport l’axe Canardière et le boulevard des Capucins jusqu’à la gare du Palais, pour ensuite rejoindre la Cité universitaire en empruntant le boulevard Charest.

Le troisième niveau de service, qui vise l’arrimage avec les tracés Métrobus du Réseau de transport de la Capitale (RTC), est très intéressant pour les Limoulois. D’une part, tout en conservant les parcours 802 (axe Canardière et 18e Rue) et 801, on modifiera ce dernier, qui empruntera maintenant Henri-Bourassa, puis Canardière jusqu’au cœur du quartier, et reliera notamment les deux campus du Cégep Limoilou. D’autre part, un nouveau Métrobus (le 805) s’ajoute sur la 4e Avenue et desservira la Colline parlementaire, jusqu’au plateau de Sainte-Foy.

Le quatrième niveau est constitué d’infrastructures dédiées (essentiellement de nouvelles voies réservées) qui permettront d’améliorer la desserte entre les couronnes et les principaux pôles de destination.

Une ville du 21e siècle

C’est donc un véritable plan de mobilité durable intégré qui est présenté et qui cherche à répondre aux principales préoccupations évoquées lors des consultations publiques de l’été 2017 : des infrastructures importantes, confortables et durables, une capacité et une vitesse élevées, et des mesures qui assurent la fiabilité en accordant la priorité de ce réseau sur les autres modes de transport.

Avec ce plan ambitieux et parfaitement adapté aux diverses réalités de la ville, qui pourrait modifier de façon durable la mobilité à Québec, on peut affirmer sans trop se tromper que la capitale pourra enfin devenir une ville du 21e siècle !