Limoilove : vivre d’amour et de bonne bouffe | 7 août 2018 | Article par Viviane Asselin

Limoilove, édition 2017.

Crédit photo: Jean Cazes

Limoilove : vivre d’amour et de bonne bouffe

Ce jeudi 9 août, la 3e Avenue se transformera en scène gourmande avec le retour de Limoilove. Près d’une dizaine de chefs sortiront de leur cuisine pour investir la rue, animée d’une ambiance festive. Pour les curieux, ce sera notamment l’occasion de goûter les mets de deux nouveaux joueurs dans le quartier : ARVI et Pizzéria no 900.

Pour sa troisième édition, Limoilove se déplace du côté de la Place limouloise, entre la 5e et la 7e Rue. De 17 h à 23 h, le secteur de la 3e Avenue sera occupé par Soupe et cie, Miyagi bistro thaï, Saucisses et complices, Les Fistons, La Salsa, La Planque et Le Cendrillon. Comme un avant-goût à sa réouverture officielle prévue ce vendredi après des mois de rénovations, Nicky Sushi se joindra également à la fête, ainsi qu’ARVI, fraîchement débarqué dans le quartier. Quant à Pizzéria no 900, qui ne devrait accueillir ses premiers clients qu’à l’automne, on profitera de Limoilove pour inspirer un goût de revenez-y.

Pour accompagner le steak de calamars grillés (Miyagi), le katarosu de porc Nagano (ARVI), les huîtres sur le grill (Le Cendrillon), les cannoli (Pizzéria no 900) et la quinzaine d’autres délices créés par les différents chefs, les visiteurs pourront s’abreuver à l’un ou l’autre des cinq bars aménagés pour l’occasion, dont un en mixologie.

À l’animation, la trame sonore de la soirée sera assurée en direct par Benoit Murray (folk), Samuel Jean en trio (La Voix 2018) et DJ Cyusa.

Un soir seulement

Paradoxalement, le succès des éditions antérieures explique en partie le retour, cette année, à une formule d’un soir. Avec une affluence de 22 000 personnes sur deux soirées en 2017, fournir à la tâche représentait un défi de taille pour certains restaurateurs, explique Sébastien Chamberland, directeur général de la Société de développement commercial (SDC) 3e Avenue qui organise l’événement. C’est aussi un choix stratégique, ajoutera celui qui, pour cette troisième édition, collabore avec Matièrs et EvenTouch :

Des événements comme ça, qui coûtent très cher — on ne charge pas l’accès —, n’ont jamais l’assurance d’avoir une pérennité. En revenant sur un soir, on s’assure une certaine sécurité pour les années à venir.

Si la foule représente un défi de gestion, on ne souhaite pas moins en attirer un nombre équivalent aux années antérieures, avec un objectif de 10 000 visiteurs — autant des résidents du quartier que d’ailleurs. Limoilove, dira l’organisateur, vise précisément à rassembler ces deux clientèles : « L’événement a été créé pour que ça représente les Limoulois et que ça favorise la découverte du quartier par les gens de l’extérieur. »

Des retombées commerciales

Cette popularité ne manque pas de se mesurer en chiffres avec, en moyenne, 50 000 $ de retombées économiques par soir, si l’on se rapporte aux éditions précédentes. « Mais ce n’est pas juste les restaurateurs [participants] qui en bénéficient, précisera Sébastien Chamberland : ça apporte de la visibilité pour tous les commerces. »

À noter que l’événement sera remis au lendemain en cas de pluie.

Pour plus d’info : Limoilove