Notre univers, c’était d’abord le bloc | 26 août 2018 | Article par André Lévesque

Coin 11e Rue et 4e Avenue, 1961 ; un pâté de maisons où le jeune André Lévesque ne se serait pas aventuré sans invitation…

Crédit photo: Archives de la Ville de Québec

Notre univers, c’était d’abord le bloc

Tout le monde connaît l’expression « faire le tour du bloc », qui signifie faire le tour du pâté de maisons.

Notre bloc à Ti-Guy, Ti-Gilles, Ti-Roland et moi, quand nous étions enfants, était délimité par la 4e et la 3e Avenue, entre la 14e et la 15e Rue. C’était notre univers. Mais c’était encore plus petit, car les ruelles aussi délimitaient le bloc. En effet, nous jouions dans un demi-bloc. La ruelle parallèle à la 4e et la moitié de celle entre la 14e et la 15e nous appartenait. Malheur à ceux qui ne respectaient pas ces frontières non officielles ! La gang de la 3e Avenue ne fraternisait pas avec nous. Loin de là…

Un jour où Turgeon et moi avons osé mettre les pieds hors de notre territoire, les gars de la 3e nous ont littéralement kidnappés et emmenés dans un hangar : ils nous ont fait comprendre que nous avions violé les limites de leur royaume. Heureusement qu’un adulte qui avait entendu nos cris est venu nous libérer, car… Ça jouait dur, parfois !

En « bicyque », on se permettait de faire le tour complet du bloc, mais on pédalait plus vite quand on arrivait sur la 3e Avenue. Même chose quand on se sentait courageux et qu’on s’aventurait dans un autre bloc. On se faisait regarder de travers et on filait rapidement sur nos vélos.

Il y avait des règles non écrites. On allait jouer avec les enfants des autres blocs sur invitation seulement. Jamais nous n’aurions osé envahir le bloc de la 16e Rue par exemple, y installer nos buts pour le baseball ou le hockey sans demander la permission à celui que l’on croyait en être le chef. Il y avait une sorte de code que tout le monde respectait !

Le bloc, c’était sacré.