La passion de Limoilou dans les yeux d’Instagram | 2 janvier 2018 | Article par Jessica Lebbe

Les Urbains YQB : Marie-Claude Proulx, Sarah Bédard-Dubé, Philippe-Alexandre Gosselin et Julie Bourassa. (Crédit des photos dans l’article : Les Urbains YQB)

Crédit photo: Les Urbains YQB

La passion de Limoilou dans les yeux d’Instagram

En avril 2017, quatre résidents de Limoilou se lançaient dans le Social Derby, une compétition numérique pour faire rayonner la 3e Avenue pendant un mois, sans relâche, sur Instagram. Derrière cette compétition ludique et amicale se cachait surtout une passion sans limites de quatre citoyens pour leur quartier. Monlimoilou vous les présente et republiera, en ce début d’année, certains de leurs plus beaux portraits.

Provenant de Rennes en France, la compétition du Social Derby arrivait pour la première fois à Québec en 2017. Au total, ce sont sept équipes qui ont représenté sept artères commerciales de la ville, rattachées à des SDC, pour les faire rayonner sur le réseau social d’images par excellence : Instagram. Le concept ? Partir d’un compte vierge et faire le plus de publications possible représentant les commerces membres de la SDC correspondante. Chaque équipe avait carte blanche sur le contenu, l’objectif étant de rejoindre également le plus d’abonnés possible et évidemment de collectionner les « j’aime » sur les photos. Le tout a été comptabilisé par un système de points de Québec numérique, organisateur de la compétition à Québec.

Montrer son appartenance à Limoilou… virtuellement !

Lorsque Marie-Claude Proulx a entendu parler de l’arrivée de la compétition à Québec, il était évident qu’elle devait sauter sur cette occasion pour représenter son quartier. Bien qu’elle soit agente de bord et donc à mi-temps physiquement dans la capitale, la résidente de Limoilou est passionnée par le local et sa communauté. Avant le Social Derby, elle était l’une des ambassadrices de WIM (Women In Mind), une application mobile favorisant l’entraide entre voisines.

Pour le Social Derby, l’Exploratrice urbaine — c’est comme ça qu’elle se surnomme — arrive à rejoindre virtuellement Julie Bourassa (@julie_bou76), dont elle suivait déjà le travail de photographe sur Instagram, pour lui proposer d’intégrer son équipe. Se joignent à l’aventure Sarah Bédard-Dubé, amie photographe de Marie-Claude Proulx, et Philippe-Alexandre Gosselin (@philipegosselin), dont Julie Bourassa suivait elle aussi le travail sur le réseau social d’images, sans jamais l’avoir rencontré. Ensemble, ils ont formé Les Urbains YQB.

Lors de leur première rencontre d’équipe, Marie-Claude Proulx avait déjà une bonne idée de comment représenter la 3e Avenue sur Instagram. Il y aurait évidemment des portraits des commerces membres de la SDC, qui s’attarderaient plus sur l’entrepreneur derrière le projet que sur l’offre commerciale, mais aussi des acteurs plus anonymes de la 3e Avenue, à l’image de ce qu’a pu faire la page Humans of New York sur Facebook. Comme la brigadière du chemin de la Canardière, que tous les promeneurs ont déjà croisée à l’heure des entrées et sorties d’école, ou encore ceux qui viennent d’une région ou d’un pays lointain et ont adopté Limoilou. « On voulait aussi des tranches de vie », raconte Julie Bourassa.

300 heures pour raconter Limoilou

Chacun a vite eu sa spécialité : Julie Bourassa pour les photos corporatives et la découverte des commerces, Sarah Bédard-Dubé pour les portraits et tranches de vie d’anonymes, Philippe-Alexandre Gosselin pour croquer les rues et les ruelles de Limoilou de jour comme de nuit, le tout coordonné par Marie-Claude Proulx en tant que chef d’équipe.

Au total, ce sont 262 images que l’équipe a publiées en seulement 30 jours de compétition, rejoignant ainsi 1752 abonnés sur le compte @Sdc3alimoilou. Le compte a ensuite été récupéré par la SDC 3e Avenue Limoilou, qui rassemble aujourd’hui plus de 7450 abonnés sur Instagram, une visibilité importante pour la Société de développement commerciale.

Bien que l’équipe Les Urbains YQB n’ait pas gagné le Social Derby face au Machin Club (Quartier des arts de Québec – SDC Montcalm) et Super Banana 3000 (SDC Saint-Roch), l’expérience a été enrichissante pour les membres, qui ont passé plus de 300 heures sur la compétition amicale.

Des inspirations pour Maizerets

« On a tellement trippé qu’on veut offrir nos services à une entreprise ou un organisme qui souhaiterait se partir un compte sur Instagram, maintenant qu’on le connaît sur le bout des doigts », précise la chef d’équipe.

Après s’être passionnée pour le partage d’images sur le web, Marie-Claude Proulx (ci-contre) a elle-même décidé de lancer sa propre page MCP Exploratrice urbaine sur Instagram, mais aussi sur Facebook, où elle couvre des événements du quartier, partage ses coups de cœur locaux autant dans Limoilou que lors de ses escales dans son travail d’agent de bord partout au Canada. La Limouloise est aussi l’administratrice du groupe Les voisins de Maizerets sur Facebook, où elle encourage l’entraide et l’appui aux commerces locaux en y partageant même des rabais qu’elle négocie spécialement pour les résidents du secteur.

Les commerces de Maizerets gagnent à être aussi connus que ceux de la 3e Avenue. Le chemin de la Canardière, par exemple, a un grand potentiel pour devenir une artère commerciale tout aussi intéressante. J’ai envie d’encourager mes voisins à marcher dans leur quartier pour découvrir ces commerces. Alors si ma passion peut aider, je le fais avec plaisir », conclut Marie-Claude Proulx.

* Crédit photos : Les Urbains YQB