Une première Maison Oxygène pour les pères et leurs enfants à Québec | 20 novembre 2018 | Article par Baptiste Piguet

Crédit photo: Baptiste Piguet

Une première Maison Oxygène pour les pères et leurs enfants à Québec

Hier, lundi 19 novembre, la Maison Oxygène vers l’autonomie (MOVA), un organisme pour les pères et leurs enfants du réseau des Maisons Oxygène du Québec, ouvrait officiellement ses portes au 1595 de la 3e Avenue.

L’organisme sans but lucratif a une capacité d’accueil de trois familles. Il offre aussi un soutien communautaire aux pères qui vivent des difficultés personnelles et s’occupent de leurs enfants dans le cadre d’une garde exclusive, partagée, avec droit d’accès, ou encore qui sont en démarche pour obtenir des droits de garde. Depuis octobre, la MOVA héberge un père et en accompagne un autre en externe. Résultat de cinq années de travail, il a vu le jour grâce au Plan d’action ministériel en santé et bien-être des hommes.

Le réseau Maison Oxygène

Les 3 chambres à la MOVA sont dotées d’un lit simple et de lits superposés.
Crédit photo: Baptiste Piguet

Le réseau des Maisons Oxygène du Québec comprend 14 maisons d’hébergement pour pères avec enfants dans 10 régions, ce qui représente une capacité d’accueil de 43 chambres (environ 120 à 130 personnes). En 2017, le réseau a accueilli 85 pères. En s’associant à ce réseau, la MOVA de Québec en a aussi adopté le modèle qui prône des valeurs d’ouvertures et défend l’importance de la coparentalité.

« Les enfants ont besoin de modèles différents pour se construire, ils ont besoin d’un papa et d’une maman », explique M. Prats, directeur du réseau des Maisons Oxygène.

En accord avec ce modèle, la maison est animée par une équipe mixte, les mamans y sont les bienvenues lors des activités, et les pères, hébergés ou non, bénéficient d’un soutien individuel visant à éviter le décrochage social.

Autonomie et ancrage social

À la MOVA, l’autonomie est l’objectif visé. La maison est pensée comme un espace convivial. Les trois chambres sont dotées d’un lit simple et de lits superposés pour les enfants. Des lits supplémentaires peuvent être ajoutés selon les besoins. La Maison comprend aussi une cuisine, une salle de jeu et un atelier pour les petits travaux.

« Le but est de faire un espace convivial, les pères doivent se sentir en appart, en coloc », commente Noémie Lévesque coordinatrice à MOVA.

La MOVA n’est pas un centre de crise. Afin de protéger la ressource et les enfants, la consommation d’alcools ou de drogues, par exemple, n’est pas tolérée. L’accueil se fait sur une base volontaire, qui commence par un entretien téléphonique suivi d’une rencontre pour évaluer les besoins et élaborer un plan de séjour. L’objectif est de permettre l’ancrage social des pères pour préserver ou recréer les liens avec les enfants, stabiliser la situation résidentielle de la famille et prévenir les situations conjugales et familiales conflictuelles.

Les pères peuvent aujourd’hui être hébergés pendant 3 à 6 mois. La MOVA espère, dans une deuxième phase, pouvoir héberger des pères pendant une année entière et augmenter sa capacité d’accueil à sept chambres.

Maison Oxygène vers l’autonomie
1595, 3e Avenue
418 929 6682