Le SPOT 2018 valorisera l’église Saint-Charles de Limoilou | 22 mars 2018 | Article par Véronique Demers

L’église Saint-Charles de Limoilou, au 500, 8e Avenue. (Photo archives)

Crédit photo: Stéphanie Vincent

Le SPOT 2018 valorisera l’église Saint-Charles de Limoilou

Du 15 juin au 25 août, l’édition 2018 de la Sympathique place ouverte à tous (SPOT) installera ses pénates à l’Espace parvis de l’église Saint-Charles de Limoilou et du côté verdure du bâtiment, situé au 500, 8e Avenue.

« On n’avait plus le temps pour continuer de développer Espace parvis 2018, c’est pour ça qu’on cherchait un partenaire. On se concentre sur la requalification de l’église Saint-Charles de Limoilou avec Espaces d’initiatives (Laboratoire d’innovations sociales) », a expliqué le coordonnateur, Édouard-Julien Blanchet, lors de l’assemblée du conseil de quartier du Vieux-Limoilou, mercredi soir.

Ce n’est qu’une question de jours pour que le projet soit complètement ficelé. Il manque une confirmation des frères capucins, voisins du futur emplacement du SPOT. « Les capucins sont très intéressés par notre thématique et la présence du SPOT. Ils proposent dans la programmation un film qui aborderait la construction de l’église Saint-Charles de Limoilou », exprime Frédéric Govaerts, l’un des étudiants membres du projet, ayant reçu l’appui formel du conseil de quartier pendant cette assemblée.

La conception des installations devrait prendre forme ce week-end. Les mêmes matériaux que l’Espace parvis, annexé au SPOT, seront utilisés. Quant aux activités socioculturelles, la gratuité est toujours le mot d’ordre. Il se peut également qu’il y ait des sessions de coworking, avec AV3 – collaboratoire.

Le patrimoine à l’honneur

La quinzaine d’étudiants de l’Université Laval, la plupart en architecture, ont choisi la valorisation du patrimoine comme thème cette année. « On veut sensibiliser les gens sur l’avenir des églises. Il y aura une mise en lumière de Saint-Charles de Limoilou conçue par les étudiants en optique de l’Université Laval, à l’occasion de la première Journée internationale de la lumière », poursuit M. Govaerts.

« Une requalification de l’église (fermée en 2012) entraîne beaucoup de défis techniques. Les assurances sont très coûteuses pour amener les gens à l’intérieur. C’est pourquoi on se concentre sur la mise en valeur extérieure », explique Isabelle Jobin, également membre du projet.

Plus d’acoustique, moins d’envergure

Afin de réduire le bruit et prévenir d’éventuelles plaintes du voisinage, des spectacles acoustiques seront présentés au SPOT. « Ce sera de moins grande envergure pour minimiser le bruit. De plus, des activités comme l’impro ne font pas un son énorme et attirent beaucoup de gens », illustre Gabrielle Tessier, étudiante en architecture.

Aussi, l’équipe du SPOT de Limoilou affirme établir des liens étroits avec les intervenants du quartier pour s’assurer le meilleur maillage possible avec les événements existants. « Vous me dites que vous êtes en collaboration [avec les autres intervenants], ça me rassure. Il faut que le partage des lieux soit harmonieux », souligne Suzanne Verreault, conseillère municipale du district de Limoilou.

Le SPOT, c’est…

Un lieu animé du 15 juin au 25 août
Un budget d’environ 200 000$
25% des fonds proviennent de la Ville de Québec
25% des fonds proviennent de commandites de matériaux
50% représentent des revenus autonomes (bar, etc.)
Une quinzaine d’étudiants de l’Université Laval actifs dans le projet