Les trois défis de la SDC 3e Avenue Limoilou pour 2018 | 16 février 2018 | Article par Jessica Lebbe

Sébastien Chamberland et Michel Jobidon, respectivement directeur général et président du conseil d’administration de la SDC 3e Avenue.

Crédit photo: Jessica Lebbe

Les trois défis de la SDC 3e Avenue Limoilou pour 2018

Avec l’arrivée de Michel Jobidon (IGA) au poste de président du conseil d’administration et de celle de nouveaux administrateurs, la SDC 3e Avenue Limoilou devra composer avec de nombreux défis pour entretenir la vitalité de l’artère commerciale en 2018. Notre journaliste Jessica Lebbe s’est entretenue avec Michel Jobidon et Sébastien Chamberland, directeur général de la SDC, pour en connaître les priorités.

1) Créer une synergie avec le chemin de la Canardière

Profitant d’un chantier de réfection des infrastructures souterraines long de six mois, le chemin de la Canardière se dévoilera peu à peu comme une artère plus conviviale, éclairée, accessible et sécuritaire, notamment avec l’installation de dos-d’âne qui ralentiront la vitesse de circulation des automobilistes, jugée souvent beaucoup trop rapide jusqu’ici. La place Limoilou permanente, au coin de la Canardière et de la 3e Avenue, contribuera également à la revalorisation du secteur et servira de pont entre les deux artères.

Ça a été un long chantier, mais ça n’aurait pas été plus court de faire juste les infrastructures. Il fallait refaire toute la surface de toute façon. Les résultats de la convivialité du chemin de la Canardière seront plus évidents à l’été », estime Michel Jobidon, nouveau président du conseil d’administration de la SDC 3e Avenue Limoilou, entré en fonction en octobre 2017.

Si les travaux ont causé bien des dérangements à la circulation, au stationnement ou à la fréquentation des 29 commerces membres de la SDC, « ils étaient nécessaires, même si les impacts économiques ont fait mal à tout le monde », juge Sébastien Chamberland, directeur général de la SDC 3e Avenue Limoilou. Le IGA Pierre Jobidon faisait notamment tirer un panier cadeau jusqu’à concurrence de 100 $ pour inciter les clients à continuer de venir faire l’épicerie chez lui, malgré les travaux.

Honnêtement, ça a été un été difficile pour nos ventes. Plus l’accès se facilitait, plus les gens revenaient. Mais même encore en décembre, on n’était pas revenus là où on devrait être dans nos ventes, bien qu’on s’en rapproche », raconte Michel Jobidon, dont l’exemple de son IGA peut refléter la réalité de plusieurs dans le secteur.

Bien que la SDC 3e Avenue ne gère pas directement les dossiers du chemin de la Canardière, « les deux artères sont inévitablement liées l’une à l’autre », indique le président, dont le commerce ne se situe d’ailleurs pas sur l’artère de la SDC. « Si la 3e Avenue fonctionne bien, je pense que le quartier en bénéficie au grand complet », précise-t-il.

Si la SDC de Limoilou compte majoritairement, parmi ses 125 membres, des commerçants situés sur son artère, il s’y trouve aussi des membres dits « volontaires » qui, opérant en dehors de la 3e Avenue, ont le choix de la rejoindre ou non. Le but ? Permettre une collaboration entre les commerçants de la 3e Avenue et ceux des rues environnantes, que ce soit pour des offres commerciales ou des services. La pharmacie Jean Coutu a notamment proposé son stationnement pour accommoder les clients de soir du Sushi Nicky pendant la période de chantier, « ce qui a été très spontané de leur part et non obligatoire », signale Sébastien Chamberland.

Cette proximité commerciale devrait donc encore plus se resserrer en 2018.

Esquisse du chemin de la Canardière après revitalisation
Crédit photo: Ville de Québec

2) Devenir une destination touristique

Jusqu’en 2017, les artères commerciales de la ville de Québec n’étaient pas qualifiées comme des destinations touristiques. Toutes les SDC sont en train de travailler avec l’Office du tourisme de Québec pour figurer sur leur site Internet », explique Sébastien Chamberland.

En effet, sur le site Internet de l’Office, la section « Québec et ses quartiers » en page d’accueil affiche quatre des sept SDC de la ville, à savoir le Vieux-Limoilou, Saint-Roch, le Vieux-Québec et Saint-Jean-Baptiste. La SDC 3e Avenue Limoilou a aussi déposé une carte des commerces du quartier aux bureaux de l’Office du tourisme de Québec (Vieux-Québec) pour qu’elle soit à la disposition des visiteurs.

Sébastien Chamberland travaille en outre avec le Port de Québec pour attirer les croisiéristes.

Les commerces sont désormais prêts à les accueillir, notamment grâce aux travaux et à l’offre commerciale diversifiée du quartier, ce qui n’était pas le cas en 2015, par exemple. Je ne dis pas que demain matin, on aura des autobus de touristes, mais on veut leur faire connaître l’artère.

À noter que Limoilou a déjà connu un virage touristique malgré lui l’été passé, notamment grâce à la forte présence de logements Airbnb dans le secteur.

Il y a déjà beaucoup de touristes dans le quartier. L’été dernier, j’ai entendu beaucoup de langues étrangères dans le IGA, comme ce n’était jamais arrivé auparavant », constate Michel Jobidon.

Pour le directeur général, une clientèle provenant de l’extérieur du quartier, qu’elle soit touristique ou non, est indispensable pour la vitalité économique du quartier.

Oui, il y a toujours un engouement sur la 3e Avenue, mais il faut l’entretenir, car tous les commerces de détail sont loin d’être millionnaires. Une artère commerciale comme la nôtre ne peut pas juste vivre du bassin de population du Vieux-Limoilou. Selon une étude qu’on a commandée, il y a plus de 50 % de la clientèle qui vient du nord de la capitale et de l’est d’Estimauville, donc on doit aussi attirer en dehors de Limoilou.

Des événements comme Limoilove (été 2017) attirent son lot de visiteurs.
Crédit photo: Jean Cazes

3) Se doter d’une nouvelle identité visuelle pour la 3e Avenue

Depuis 2016, la SDC 3e Avenue Limoilou travaille sur une nouvelle identité visuelle de la 3e Avenue pour la rendre encore plus conviviale et améliorer sa « marchabilité » à l’année. Le projet avait été lancé avant même l’annonce des travaux du chemin de la Canardière et de la place publique permanente.

Inspirée par ce qu’a pu faire la SDC Quartier Montcalm sur l’avenue Cartier, la SDC 3e Avenue aimerait intégrer du mobilier urbain et un éclairage attractif pour mettre en valeur l’artère commerciale. Elle envisage également de faire appel à la technologie, en prenant soin d’en choisir une qui passerait l’épreuve du temps et des modes tout en étant représentative du quartier.

Pour présenter ce projet et en recueillir les impressions de la population, la SDC a notamment procédé à deux présentations citoyennes, dont une lors d’une assemblée du conseil de quartier du Vieux-Limoilou en novembre 2017 (procès-verbal). Cette présentation était animée par Romain Schupp, finissant à la maîtrise en aménagement du territoire, qui avait déjà travaillé sur l’urbanisme commercial de la 3e Avenue en 2016-2017. (Le 15 mai 2017, il en dressait d’ailleurs déjà un portrait lors d’une entrevue donnée à CKRL.)

Pour concrétiser le projet, la SDC 3e Avenue a ensuite formé un comité de travail ; à Sébastien Chamberland et Michel Jobidon se sont joints Martin Claveau et Marc-Antoine Jean (administrateurs et membres de la SDC), Raymond Poirier et Maxine Dandois-Fafard (conseil de quartier du Vieux-Limoilou), Fred Jourdain (artiste), André Plante (architecte à la Ville), Claude Villeneuve (citoyen) et Érick Rivard (architecte et résident de Limoilou).

On pense avoir trouvé de bonnes idées, mais on veut les développer avec ce comité. Le mandat est clair avec un livrable et un nombre de réunions précis à respecter pour un gros projet de ce genre », indique Sébastien Chamberland.

Quant au budget pour cette nouvelle identité visuelle, qu’en dit la Ville de Québec ?

L’ancien président de la SDC [Lambert Marcoux] avait demandé au maire si notre budget était limité, et M. Labeaume avait répondu oui et non. Donc, on sent qu’on a quand même une marge, même s’il y a énormément de critères dont il faut tenir compte comme l’accès des pompiers, les dégagements des trottoirs, le déneigement, la circulation, la visibilité des transports… Le but n’étant pas de débourser des millions et des millions : ça ne passera pas, on n’est pas fous », fait valoir le directeur général.

Si la nouvelle identité visuelle de la 3e Avenue reste encore assez confidentielle, elle sera de nouveau présentée au conseil de quartier du Vieux-Limoilou, une fois finalisée.

La nouvelle identité visuelle de la 3e Avenue pourra trouver à s’intégrer au réaménagement occasionné par la version permanente de la place Limoilou.
Crédit photo: Ville de Québec