Usine de vaccins Medicago : les travaux débutent sur D’Estimauville | 30 août 2018 | Article par Véronique Demers

Maquette de l’usine de vaccins Medicago, appelée à s’élever sur les terres de l’ancienne ferme SMA.

Crédit photo: Courtoisie Médicago

Usine de vaccins Medicago : les travaux débutent sur D’Estimauville

Les travaux visant à construire l’usine de production de vaccins Medicago sur la majorité des terres de l’ancienne ferme SMA (Saint-Michel-Archange) viennent de débuter. D’ailleurs, la pelletée de terre symbolique du futur complexe sur D’Estimauville, regroupant le siège social, la recherche et la production, aura lieu le 18 septembre.

Des représentants de Medicago ont rencontré une trentaine de citoyens, mardi soir, pour une séance d’information. Le bruit des travaux a été l’une des principales préoccupations des citoyens présents. Selon l’échéancier du chantier de 245 M$, l’excavation et la pose de pieux se feront de septembre 2018 à janvier 2019.

Mesures de réduction du bruit

Jean-Luc Martre (à l’avant), vice-président, développement des affaires à Medicago, a présenté en détail le projet de l’usine de production de vaccins aux citoyens.
Crédit photo: Véronique Demers

« Ça ne sera pas parfait, mais la bonne volonté est là. Nous voulons diminuer le plus de nuisance possible pendant la construction. Aussi, il y a eu un changement de design qui réduit de 50% le nombre de pieux plantés. Les études [sur le bruit potentiel] ne sont pas complétées. Elles permettront de voir si la compagnie respecte les normes en vigueur », a indiqué Jean-Luc Martre, vice-président, développement des affaires à Medicago.

De plus, une butte sera aménagée de manière permanente pour réduire le bruit de la machinerie de l’usine de 44 000 mètres carrés (soit l’équivalent de 10 terrains de football). Quant au trafic et à la poussière potentielle, des mesures seront prises, ont assuré les représentants de Medicago.

La conseillère municipale de Maizerets — Lairet, Geneviève Hamelin, présente dans l’assistance, a souligné que la construction de cette usine est importante pour le quartier, qui est « en cours de revitalisation ». « Il pourrait y avoir potentiellement un développement résidentiel [autour] », a-t-elle commenté.

Les plantes : matière première des vaccins

Contrairement à la manière traditionnelle connue pour fabriquer des vaccins (sur des oeufs de poules embryonnés et qui prennent de cinq à six mois pour être produits), Medicago se sert de plantes pour produire ses vaccins en cinq à six semaines. Le vaccin comporte quatre souches par année. La production doit être réalisée chaque année en fonction de ces souches.

Les vaccins seront produits à base de plantes.
Crédit photo: Courtoisie Medicago

« La plante boit la solution ; on la met ensuite en incubation, et elle finit par produire la particule pseudo virale », explique M. Martre. Les particules pseudo virales (PPV) sont ensuite extraites des plantes, pour produire les vaccins PPV en flacons. « C’est plus sécuritaire, parce qu’on n’a pas besoin du virus pour le produire, juste la séquence d’ADN », explique en entrevue Michèle Martel, directrice production de biomasse à Medicago.

L’usine de Medicago devrait être terminée d’être construite en 2021. Une usine de vaccins Medicago existe déjà en Caroline du Nord, mais elle est plus modeste (environ 10 millions de doses de vaccins). L’objectif de la société de biotechnologie est de produire chaque année, dans l’usine sur D’Estimauville, de 40 à 50 millions de doses de vaccins contre la grippe, distribués au Québec, au Canada et aux États-Unis, principalement dans les hôpitaux, les centres de santé et certains établissements privés.