L’avenir se FabriQC à Limoilou | 23 août 2019 | Article par Suzie Genest

L’équipe d’Espaces d’initiatives lors du Pop Up du 14 juin 2019.

Crédit photo: Jean Cazes

L’avenir se FabriQC à Limoilou

Du 19 au 22 septembre, la FabriQC, une première école d’automne à impact social à Québec se tiendra à l’église Saint-Charles-de-Limoilou, sous l’égide d’Espaces d’initiatives. L’événement vise celles et ceux – citoyens, organismes, institutions, entreprises, chercheur.e.s, étudiant.e.s. – qui mijotent une idée, un projet en résonance avec un enjeu social ou environnemental.

Nos quartiers centraux sont un terreau fertile pour l’innovation sociale. Il n’est pas rare d’y voir des citoyen.ne.s, des représentant.e.s d’organismes, d’entreprises et d’institutions joindre les forces autour d’une cause, d’un besoin : rafraîchir un îlot de chaleur, (re)donner de l’amour à une friche ou un bâti magané, remplir des estomacs creux, ajouter quelques mailles au tissu social. Au début, l’énergie est palpable; l’huile de coude, fluide. Les premières actions attirent l’attention, font du bruit médiatique, suscitent l’adhésion et les appuis. Puis vient le défi de durer. Si, comme moi, vous avez participé activement à de telles initiatives ou en avez suivies de près, vous connaissez les facettes de ce défi.

Il y a les questions organisationnelles : constituer ou ne pas constituer un (autre…) OBNL, fonder ou non une coopérative, former plus ou moins de comités… Il y a les finances : enveloppes publiques excluant la récurrence et les charges salariales, bassin plus ou moins restreint de commanditaires potentiels sur-sollicités, difficulté de concilier à bout de bras bénévoles les activités lucratives avec le coeur de la mission, la promotion, les opérations. Et il y a des humains : surinvestissements, désistements, débats générationnels et idéologiques, fractures numériques et autres fritures sur la ligne… Sans parler des impacts des périodes de surcharge et de changements chez les organismes accompagnateurs ou fiduciaires.

Une école pour combler les failles de… l’école

À l’école « régulière », on ne nous a pas appris grand-chose sur les mécanismes des instances municipales, provinciales, fédérales; bon nombre de gens qui s’engagent pour la première fois dans des initiatives dans leur milieu nourrissent des attentes vouées à la désillusion. On ne nous a pas tellement parlé, non plus, de cocréation, d’autogestion, de gouvernance, de leadership participatif, de développement durable, autant de clés de voûte de l’innovation sociale.

L’école à impact social de la FabriQC propose une série d’ateliers pratiques, de conférences par des acteurs locaux du changement social, de présentations de projets innovants québécois et du réseautage pour outiller les acteurs de changement social. Ceux qui se verront sélectionnés suivant l’appel à idées bénéficieront aussi d’un accompagnement avec un incubateur de Québec pour peaufiner leur projet. Ils se prêteront à l’exercice du pitch, pour présenter leur projet à des partenaires catalyseurs et bailleurs de fonds; au terme de la FabriQC, ils seront en lien avec un incubateur pour profiter d’un accompagnement.

La programmation détaillée de la FabriQC, dévoilée la semaine dernière, s’ouvre avec la conférence « L’innovation sociale : au coeur de la ville » animée par Luc K. Audebrand, professeur titulaire à la Faculté des sciences de l’administration et responsable de la Chaire sur l’engagement social à l’Université Laval. Y participeront Nadia Duguay, cofondatrice d’Exeko et fellow de la Community Knowledge Exchange; Bertrand Fouss, cofondateur et président du Solon Collectif, Isabelle Têtu et Amélie Bédard de la Coopérative de solidarité SABSA.

Cette semaine, on apprenait que des bourses des Offices jeunesse internationaux du Québec sont offertes à des participants d’autres régions de la province. Outre la Ville de Québec, le Pôle des entreprises d’économie sociale de la Capitale-Nationale et l’Unité Mixte de Recherche en sciences urbaines soutiennent l’école à impact social orchestrée par Espaces d’initiatives.

Au total, ce sont 50 projets qui seront sélectionnés pour participer à la FabriQC. Il est possible de soumettre son projet jusqu’au 5 septembre en se rendant au espacesdinitiatives.com/lafabriqc

Bénévoles recherchés

Espaces d’initiatives s’affaire présentement à préparer l’église Saint-Charles de Limoilou en vue de la FabriQC. Un appel aux bénévoles a permis de réaliser déjà une partie des travaux; ils se poursuivent ce samedi 24 août et ce dimanche 25 août pour compléter peinture, sablage, etc. Les personnes disponibles pour y participer peuvent voir les détails sur Facebook.

La FabriQC aura aussi besoin de bénévoles pour d’autres tâches d’ici et pendant sa tenue. Les bénévoles bénéficieront d’un accès gratuit à ses activités. On peut se proposer au https://espacesdinitiatives.com/lafabriqc/simpliquer/