Dix ans de grands chantiers (9) : genèse d’une place publique permanente | 28 juillet 2019 | Article par Jean Cazes

Le site de la place Limouloise le 16 avril 2015, peu avant l’aménagement de la première place éphémère, Plaza Limoilou.

Dix ans de grands chantiers (9) : genèse d’une place publique permanente

Dans le cadre des dix ans de Monlimoilou, cette série résume notre couverture de quelques grands chantiers urbains – salués ou controversés, c’est selon – qui ont modifié le visage du quartier au cours de la dernière décennie. Avant-dernier chantier d’envergure : celui qui a mené à la réalisation de la place Limouloise, première place éphémère pérennisée, au cœur de la reconfiguration de l’intersection de la 3e Avenue, du chemin de la Canardière et de la 6e Rue.

Mise en contexte du chantier

Les attentes des Limoulois pour voir se réaliser un espace à caractère événementiel et artistique, un lieu de rassemblement polyvalent et vert, avaient été clairement exprimées lors d’une consultation citoyenne menée par Votepour.ca et Monlimoilou, dont les résultats ont été dévoilés en février 2015.

Dans ce dossier, il faut notamment souligner le rôle de l’architecte et urbaniste Érick Rivard, élu Personnalité des 10 ans de Monlimoilou pour sa contribution à l’évolution récente du quartier.

« Ma deuxième grande fierté est en lien avec la réalisation de la place Limouloise. J’aime penser qu’on a initié le projet en faisant valoir, depuis dix ans au conseil de quartier du Vieux-Limoilou, son importance comme lieu central du quartier », a-t-il exprimé. 

EXMURO arts publics avait été mandaté par la Ville de Québec pour concevoir un premier projet pilote de place publique, dévoilé en mai 2015 au Centre communautaire Jean-Guy Drolet, peu avant de prendre forme au coin 3e Avenue, chemin de la Canardière et 6e Rue.

De l’éphémère au permanent

Piloté par le conseil de quartier du Vieux-Limoilou en collaboration avec la SDC 3e Avenue et d’autres organismes tels que Limoilou en Vrac, la Plaza Limoilou est le théâtre, du 12 juin au 12 octobre 2015, d’une foule d’activités culturelles et festives. Un succès pour ce lieu d’animation temporaire réalisé au coût de 100 000 $, avec l’aide importante de bénévoles, et destiné à être bonifié pour 2016.

Le concept de la place publique temporaire 2.0 est présenté en avril 2016 lors de la rencontre du conseil de quartier Vieux-Limoilou. En plus d’un nouveau look, cet espace est réaménagé en tenant compte des remarques exprimées en ligne par des citoyens et commerçants du secteur. Ainsi, entre autres pour des motifs de sécurité, la place se concentre autour de la pharmacie Jean-Coutu et de la boucherie Le Croc Mignon. La nouvelle monture, souligne alors la conseillère municipale Suzanne Verreault, est« plus accommodante » notamment sans « les gros blocs jersey », auxquels on avait reproché d’enlever des espaces de stationnement aux commerces.

Sous la dénomination de place Limoilou se dévoile le 8 juillet 2016 la place publique 2.0, fruit de l’imagination de son architecte et aménagiste André Plante, de la Ville de Québec.

Par la suite, de juillet à décembre 2017, des travaux majeurs de voirie se déploient sur le chemin de la Canardière, de la 8e à la 3e Avenue. Plusieurs marchands du secteur rapportent une baisse majeure de l’achalandage dans leur commerce cet été-là, mais pour la Ville, c’est l’occasion de redonner un nouveau visage à cette artère, et au carrefour où est aménagée la surface de la future place permanente. Considérant l’ampleur de l’ensemble des travaux, la Ville avait préalablement organisé des rencontres avec les résidents et acteurs du secteur, notamment le 24 novembre 2016.

Après la place Limoilou, André Plante signe le concept de la place publique permanente. Au centre de la future place Limouloise, l’architecte de la Ville de Québec imagine une installation scénique au motif circulaire, réutilisé un peu partout dans le design du carrefour.

C’est le 3 juillet 2018, dans le cadre des activités du 410e anniversaire de la Ville, qu’est inauguré le nouveau lieu permanent de rassemblement de Limoilou. Au final, la métamorphose de l’intersection, en incluant la place Limouloise et la réfection de la section du chemin de la Canardière, aura nécessité un investissement municipal de quelque 5,5M$.

***

En lien avec cette série, une exposition de photos a lieu jusqu’en octobre, à l’extérieur, en différents lieux de Limoilou,

Voir l’article précédent de la série : 

Dix ans de grands chantiers (8) : le réaménagement du boulevard Wilfrid-Hamel Est