Élections fédérales 2019: rencontre avec Alupa Clarke (Parti conservateur) | 5 octobre 2019 | Article par Suzie Genest

Alupa Clarke, député sortant et candidat du Parti conservateur du Canada.

Crédit photo: Courtoisie Facebook

Élections fédérales 2019: rencontre avec Alupa Clarke (Parti conservateur)

En vue des élections fédérales 2019, nous allons à la rencontre des candidat(e)s de Beauport-Limoilou pour connaître leurs motivations et leur vision des enjeux de la circonscription. Sous la forme d’un questionnaire électoral – le même pour toutes et tous –, voici les réponses de Alupa Clarke, député sortant et candidat du Parti conservateur du Canada.

Issu des Forces armées canadiennes et engagé de longue date au sein du Parti conservateur du Canada, Alupa Clarke s’est présenté aux élections de 2015 dans la circonscription de Beauport-Limoilou. Élu, il a été nommé Porte-parole de l’Opposition officielle en matière d’Anciens combattants, de Services publics et d’approvisionnement, de Langues officielles et de la Francophonie. Il est devenu ministre adjoint du cabinet fantôme pour les petites entreprises, la promotion des exportations, les Langues officielles et la Francophonie.

Pourquoi s’être lancé avec le Parti conservateur du Canada?

En 2004, M. Harper […] parlait beaucoup de renforcer et de donner de l’équipement moderne à nos hommes et nos femmes qui servent dans les Forces armées canadiennes […], de la souveraineté de l’Arctique et de responsabilités individuelles. C’est-à-dire que l’individu doit non seulement bâtir sa propre vie, s’occuper de lui-même, mais aussi de […] la collectivité, travailler pour le pays et aider les autres. […] Le Parti conservateur, non seulement on a reconnu la nation québécoise […], mais on va donner plus de pouvoir au gouvernement québécois. On écoute les gens [qui disent que la vie coûte cher], on améliore leur sort au quotidien et on reconnaît les champs de compétence provinciale.

Quel est votre lien avec la circonscription de Beauport-Limoilou?

Du côté de ma mère, ça fait quatre générations qu’on est à Beauport; du côté de ma femme, ça fait cinq générations. Mes enfants sont nés à Limoilou, je vis à Beauport. Je rencontre beaucoup de gens qui ont connu mon grand-père, qui était arpenteur-géomètre à Beauport. […] Je ne l’ai pas connu du tout, mais depuis quatre ans, je le connais à travers les citoyens qui me parlent de lui.

Quel bilan dressez-vous de votre précédent mandat?

J’avais trois engagements : travailler sur le développement économique; briser le cynisme politique en étant un député de proximité; m’assurer de donner des services exemplaires au bureau de comté.

Avec la SDC 3e Avenue, on a fait des événements avec les entrepreneurs, j’ai visité les petites et moyennes entreprises de la 3e Avenue et d’ailleurs dans Limoilou. Également, le réseau des gens d’affaires de Beauport, c’est quelque chose d’assez incroyable que j’ai mis en place il y a trois ans. J’ai supporté le Port de Québec, que ce soit pour leur projet d’expansion et également pour défendre les citoyens. […] J’ai travaillé de manière continue pour que le développement, la revitalisation de D’Estimauville suive son cours. Et le troisième lien, c’est quelque chose que j’ai supporté dès le départ.

Dès 2014, j’ai commencé à faire mon fameux porte-à-porte. J’ai cogné à environ 40 000 portes, tellement que j’ai arrêté de compter. […] Une autre des choses dont je suis fier, c’est d’avoir mis en place « Alupa à l’écoute », trois grandes consultations publiques sur un an. J’ai voulu m’assurer d’être présent à toutes les activités possibles. […] J’ai mis en place des rendez-vous annuels avec les citoyens, la Fête d’été avec le député […], le Réveillon de Noël du député […] et des festivités du 150e anniversaire du Canada.

Nouveaux Horizons pour les aînés […], c’est un programme qui était plus ou moins connu, que j’ai voulu faire connaître davantage. Emplois d’été Canada […], j’ai un pouvoir discrétionnaire sur la répartition des enveloppes, je me suis toujours assuré que le maximum aille vers les organismes pour les gens [dans le besoin], les centres communautaires, les organismes de bienfaisance.

J’ai construit une relation systématique et continue avec les autorités portuaires de Québec pour m’assurer de l’évolution de leurs pratiques industrielles. […] Je leur ai dit : il faut qu’on puisse parler ensemble, les différents paliers gouvernementaux avec le Port de Québec et les citoyens […] Le PDG du Port a fait une annonce et dit que c’était le résultat de mon initiative : le Forum des élus. […] Et j’ai réussi à avoir un audit indépendant; on va avoir les résultats bientôt.

Selon vous, quels sont les enjeux majeurs dans la circonscription?

Le développement économique, briser le cynisme politique […], le troisième lien et le Port de Québec.

Comment entrevoyez-vous l’engagement du gouvernement fédéral dans le projet de transport structurant de la Ville de Québec?

C’est un engagement nécessaire et louable. […] L’enveloppe du fédéral va être honorée par les conservateurs. […] Une de nos conditions était une interconnexion avec la Rive-Sud. […] On a quand même décidé de supporter le projet, on va juste ouvrir l’enveloppe pour voir ce qui est écrit noir sur blanc, et si on peut améliorer les choses.

Comment verriez-vous votre rôle de député ici dans votre circonscription par rapport à vos fonctions à Ottawa?

Ce n’est pas deux îlots complètement dissociables. Quand je suis à Ottawa, je suis appelé à faire du travail pour le comté. […] Souvent, pendant les débats à la Chambre des communes, je réponds à mes citoyens à la main par écrit sur des cartes. Également ici à Québec, je suis appelé à travailler sur des choses pour Ottawa; tout ça, c’est simultané.

Si vous êtes élu le 21 octobre, quelle serait votre première priorité?

Poursuivre le développement économique du comté, en étant un allié immédiat avec le gouvernement de la CAQ pour aller de l’avant avec la construction d’un troisième lien, et poursuivre la consolidation du réseau des gens d’affaires de Beauport. […] Collaborer avec le nouveau directeur de la SDC 3e Avenue, et au niveau de D’Estimauville, promouvoir la revitalisation. J’ai hâte de m’asseoir avec le Port pour voir les demandes au niveau du projet Laurentia et m’assurer qu’on ait le plus rapidement possible les résultats de l’audit. […] Il y a les baisses fiscales. Ma top priorité, ça va être […] mon prochain projet de loi, pour régler deux enjeux prioritaires : la pénurie de main-d’oeuvre et les aînés qui veulent revenir sur le marché du travail mais sont pénalisés dans leurs avantages sociaux.