Granges du Domaine de Maizerets : après les fouilles, une nouvelle vocation communautaire | 29 août 2019 | Article par Jean Cazes

Les fouilles, vues de l’extérieur. 16 août 2019.

Crédit photo: Jean Cazes

Granges du Domaine de Maizerets : après les fouilles, une nouvelle vocation communautaire

En continuité de la grange de pierre, la grange de bois du site patrimonial fait présentement l’objet d’un chantier archéologique. Ces recherches s’inscrivent dans le projet de transformation de l’ensemble en vue de son ouverture au grand public en 2021.

Sur son site Web, la Société du domaine Maizerets rappelle que la grange de pierre, construite en 1755, est le deuxième plus vieux bâtiment du Domaine après la maison des Maizerets, reconstruite en grande partie à la suite de l’incendie de 1923. C’est en 1920 que les anciennes annexes de la grange de pierre ont fait place à la grange de bois, un ensemble qui trouvera une nouvelle vocation communautaire, après avoir longtemps servi d’entrepôt pour l’organisme et la Ville de Québec.

« Un atout majeur pour la communauté de Maizerets »

La grange de pierre, au premier plan, et la grange de bois. 11 août 2019.
Crédit photo: Jean Cazes

Le directeur de la Société du domaine de Maizerets, Alain O’Neil, résume les grandes lignes de ce projet qu’il caresse avec la Ville depuis plusieurs années.

« La grange de pierre sera aménagée en une salle locative d’une capacité de 75 à 100 personnes. Elle servira à la fois de lieu de réception, pour des mariages par exemple, et de diffusion culturelle – musique, théâtre, vernissages et autres. Au centre de l’ensemble, la grange de bois en sera la porte d’entrée. Elle offrira une autre salle d’une capacité de 125 à 150 personnes, qui sera entre autres utilisée en été par les 330 jeunes de nos camps de jour. »

À la suite des appels d’offres de la Ville, la mise en valeur des granges débutera au printemps 2020 en vue de leur ouverture au grand public au début de 2021.

« Une fois transformées, les granges seront un atout majeur non seulement pour la communauté du secteur de Maizerets, mais aussi pour tout l’est de la Ville », soutient Alain O’Neil en conclusion.

Fouilles : bilan à suivre cet automne

En préambule de ce projet majeur, c’est à la firme Ethnoscop qu’a été confiée la responsabilité du chantier archéologique en cours depuis le 23 juillet. Il y a deux semaines, des citoyens ont pu prendre connaissance de la nature des fouilles lors d’une des visites publiques organisées dans le cadre du Mois de l’archéologie, en compagnie de l’archéologue Olivier Lalonde.

Lors de la visite, le guide a souligné d’entrée de jeu la présence amérindienne sur le territoire du domaine de Maizerets avant son occupation par les Jésuites au début du XVIIe siècle : en témoignent les premières découvertes, dans la grange de bois, d’éclats de pierre taillée et de morceaux de poterie.

Nous reviendrons cet automne sur le bilan préliminaire de ces fouilles, après leur fermeture. Les données recueillies s’ajouteront à celles que la Ville de Québec possède déjà. Les artefacts les plus significatifs seront analysés à son laboratoire avant d’être conservés dans sa réserve archéologique.

En savoir plus sur...