<em>Hairspray</em>, rien à se reprocher pour les élèves | 3 mai 2019 | Article par Jason Duval

Tracy Turnblad, le personnage principal d’Hairspray, interprété par Léa Ouellet-Pomerleau, a retenu l’attention dans la production de l’école Jean-de-Brébeuf en collaboration avec le Cégep de Limoilou.

Crédit photo: Daniel Malenfant

Hairspray, rien à se reprocher pour les élèves

Près de 100 étudiants de l’école secondaire Jean-de-Brébeuf et du Cégep de Limoilou ont présenté le 30 avril la comédie musicale Hairspray, une méga-production surprenante mais surtout remplie de talent.

Depuis 12 ans, l’école secondaire Jean-de-Brébeuf s’offre une collaboration avec des étudiants en audiovisuel du Cégep de Limoilou. Ces élèves s’occupent de la partie technique ainsi que de la diffusion du spectacle sur Internet.

Conçu et produit par plus d’une soixantaine d’élèves de l’école secondaire Jean-de-Brébeuf, le spectacle à succès Hairspray se déroule dans un Baltimore en pleine intégration raciale des années 1960.

Nous y avons retrouvé Tracy, Amber, Edna et Link ainsi que les autres personnages, interprétés avec beaucoup de talent et d’efforts. Accompagnés par plus de 15 musiciens –- des étudiants en concentration musique – la trentaine d’acteurs ont été acclamés plus d’une fois au cours de la représentation de plus de deux heures.

L’interprète de Penny Pingleton, amie de Tracy et jeune fille contrôlée par une mère très… sévère, était fantastique. Elle nous a fait rire avec des blagues choc inattendues.
Crédit photo: Daniel Malenfant

Du talent à la pelletée

Je n’ai pas eu à attendre longtemps avant de constater le talent de ces 34 acteurs adolescents. Dès le numéro d’ouverture, « Good Morning Baltimore », les comédiens s’exécutaient dans un anglais parfait – puisque oui, ces élèves du secondaire maîtrisent mieux l’anglais que certains politiciens.

Dans des chorégraphies élaborées et sans fausses notes, le spectacle était lancé pour plus de 2 h. J’ai été rapidement surpris de voir ces élèves du secondaire jouer avec maturité les personnages de cette plus que célèbre comédie musicale.

C’est Tracy Turnblad, le personnage principal d’Hairspray, interprétée par Léa Ouellet-Pomerleau (photo à la une) qui a retenu l’attention. Cette jeune comédienne fascine par son jeu mature et sa voix, qui semble avoir été faite sur mesure pour ce rôle.

À ces côtés, d’autres comédiens se sont avérés tout aussi talentueux. Edna Turnblad, la mère de Tracy, était interprétée par un jeune homme excessivement comique. Ce n’était pas le seul personnage à provoquer le fou rire du spectateur. L’interprète de Penny Pingleton, amie de Tracy et jeune fille contrôlée par une mère très… sévère, était fantastique. Elle nous a fait rire avec des blagues choc inattendues.

Toute bonne comédie musicale se doit d’avoir une bitch de service. Dans le cas qui nous intéresse, c’est Frédérique Laplante qui assurait le rôle de Amber Von Tussle, la plus belle jeune fille de Baltimore, fille d’une ex Miss Baltimore. Laplante jouait avec instinct cette bitch parfaite, à la voix quelquefois près de la fausse note. À mon grand désespoir (!), je n’ai rien trouvé qui clochait.

Le talent le plus saisissant était celui de Marjolaine Tremblay dans le rôle de Velma Von Tussle, réalisatrice, ex Miss Baltimore et mère de Amber Von Tussle. Il fallait entendre l’interprétation de « Miss Baltimore Crabs » pour constater que Marjolaine Tremblay a une voix hors-norme. C’est au moment de la longue et vibrante dernière note qu’elle a confirmé son talent vocal. Une puissance que certaines doivent envier.

La mise en scène de Hairspray, assurée en collaboration avec les élèves de Brébeuf, était faite avec professionnalisme.
Crédit photo: Daniel Malenfant

Hollywood au secondaire

Vous l’aurez compris, j’ai eu l’impression d’être à Hollywood au secondaire. La mise en scène de cette production, assurée en collaboration avec les élèves de Brébeuf, était faite avec professionnalisme. Rien n’a été oublié, rien n’a été laissé au hasard, ils ont pensé à tout. Toute cette mise en scène colorée et rétro, se conclut avec un « You Can Stop the Beat » plus qu’énergique.

Il faut souligner le talent et les efforts de chacun de ces étudiants pour monter ce spectacle sans point négatif.

Une longue ovation a suivi la représentation, avec raison. Une autre production à succès pour l’école secondaire Jean-de-Brébeuf.

En savoir plus sur...