Limoilou dans les années 1960 (112) : intersection commerciale de la 2e Rue et de la 3e Avenue | 4 août 2019 | Article par Jean Cazes

Crédit photo: Archives de la Ville de Québec

Limoilou dans les années 1960 (112) : intersection commerciale de la 2e Rue et de la 3e Avenue

La série « Limoilou dans les années 1960 » revisite le passé du quartier à travers des images d’archives tirées de diverses sources.

Immortalisée en mai 1969, l’image à la une est tirée d’un négatif représentant l’intersection de la 2e Rue et de la 3e Avenue dans le Vieux-Limoilou. On y voit des commerces (description des Archives de la Ville de Québec).

La photo comparative dans la galerie en fin d’article, en direction sud-est, date du 30 juillet 2019. Au premier plan, le commerce L. Parent est aujourd’hui disparu. Sur la photo d’archive, on observe aussi, de gauche à droite en arrière-plan, une station Texaco (aujourd’hui AMB Vitres teintées), le pont Dorchester – pont à bascule en 1969 – et Pneus Ratté. Cette importante entreprise, qui s’est installée sur la 3e Avenue en 1955, a fait l’objet d’un agrandissement majeur en 2000. Par ailleurs, de part et d’autre de l’avenue, les nouvelles bandes cyclables ont ajouté à la transformation, en un demi-siècle, du paysage urbain de cette partie du Vieux-Limoilou.

En fin de galerie, une autre photo d’archive et sa version réactualisée, prises respectivement aux mêmes dates, illustrent cette fois une vue en direction nord sur la 2e Rue.

Spécialité : poêles et brûleurs à l’huile

Un appel à tous dans le groupe Facebook Souvenirs de la Ville de Québec (et les environs), nous a permis d’en savoir davantage sur le commerce L. Parent, qui « se spécialisait dans les poêles et brûleurs à l’huile »,  se souvient Jacques Cyr. « Il faisait partie d’un bloc qui se nommait Les appartements St-Charles », précise-t-il.

Andrée Tremblay ajoute :

« C’était le commerce des grands-parents de mon ami Lise Robitaille. Ils vendaient des articles de chauffage et aussi faisaient les réparations. Le propriétaire était M. Lauréa Parent. »

Cela dit, pour l’anecdote, l’affiche « Boule de feu » a suscité aussi beaucoup de commentaires… éclairants! Nicole Blais souligne que ce nom faisait référence à « une chaufferette portative au kérosène pour un chauffage d’appoint qui de nos jours, serait beaucoup controversé ». De plus, observe Jacques Paré, « cette petite chaufferette ronde venait tout rouge lorsqu’en opération ».

« On avait un poêle « boule de feu » en camping. On a eu [entre autres modèles, celui] de marque Démon, qui avait un diamètre plus petit, mais était plus haut. On s’en servait également pour faire griller le pain sur le dessus », se rappelle enfin France Lehoux.

Vous avez, vous aussi, des souvenirs à partager sur L. Parent, par exemple quant à l’année de sa fermeture? N’hésitez pas à nous en faire part !

Archives de la Ville de Québec

À l’exemple de la photo ci-haut, les images archivées de la Ville de Québec sont disponibles en ligne. On peut en faire la diffusion sans licence et sans frais en utilisant les vignettes estampées au logo de la Ville et en citant correctement les sources.

Voir le billet précédent de la série :

Limoilou dans les années 1960 (111) : accident face à Fourrures Roméo Falardeau