« Même si on est différents, on peut s’intégrer »  | 11 mars 2019 | Article par Véronique Demers

Victoria, 20 ans, élève en intégration sociale au Centre Louis-Jolliet.

Crédit photo: Véronique Demers

« Même si on est différents, on peut s’intégrer » 

Victoria, étudiante au Centre Louis-Jolliet vivant avec un TDAH (trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité), affirme avoir trouvé plusieurs amis et ne pas s’être sentie jugée. « Je fais partie d’un cercle d’amis. (…) Même si on est différents, on peut s’intégrer dans le monde. »

Le 28 février dernier, Victoria a participé à un défilé de mode organisé au Centre d’éducation pour adultes dans Limoilou. Une vingtaine d’étudiants, ainsi que quelques enseignants et des retraités, sont montés sur la scène pour présenter leur tenue, qui s’agençait à l’une des quatre saisons. « La plupart d’entre nous ont été intimidés. Le défilé, c’est une occasion de s’affirmer », ajoute-t-elle.

Près de 300 personnes ont assisté au défilé de mode organisé au Centre Louis-Jolliet, à Limoilou.
Crédit photo: Véronique Demers

Ainsi, près de 300 personnes ont assisté au défilé, au coeur de la Semaine de l’intégration sociale. « Le programme d’intégration sociale dans lequel je suis propose des stages en société. Mais on a aussi la friperie qui permet de financer nos sorties étudiantes », précise l’étudiante de 20 ans, qui termine cette année son programme.

Lieux d’apprentissage

« Le défilé de mode est un moment où les élèves peuvent faire valoir leur apprentissage, leurs capacités à se mettre en action aussi », mentionne Christine Denis, conseillère pédagogique en intégration sociale.

Outre cet événement ponctuel, une friperie est ouverte à l’année, pendant les heures du centre de formation.

« C’est un lieu d’apprentissage pour les élèves. Il y a la gestion du budget, la publicité, etc. Près de 1000 personnes passent ici chaque jour de 90 pays différents. On a des gens vulnérables. Ils ont accès à des vêtements à très bon prix. (…) À la friperie s’est ajoutée la joujouthèque, depuis un an, comme lieu d’apprentissage. C’est un programme du ministère de l’Éducation », souligne Mme Denis.

Autonomie des aînés

Au-delà des élèves plus jeunes, les aînés ont aussi leur place dans le programme pédagogique du Centre Louis-Jolliet. En fait, il y a des enseignants mobiles du centre qui se rendent dans les résidences pour personnes âgées, dans le cadre d’un projet de participation sociale.

« Je donne les cours Soyons alerte. On travaille sur la communication, la résolution de problèmes, la connaissance de soi. On fait des exercices aussi pour améliorer l’adaptabilité aux changements. On souhaite aider les aînés à garder leur autonomie, à rester actifs au sein de la société », conclut Catherine Seres, enseignante en intégration sociale pour le programme Soyons alerte.

Centre Louis-Jolliet
1201, rue de la Pointe-aux-Lièvres
418 686-4040

En savoir plus sur...