Le projet immobilier d’ACERO passe de 18 à 7 étages | 25 octobre 2019 | Article par Amélie Légaré

L’église Saint-François d’Assise sera démolie pour construire un projet immobilier.

Crédit photo: Jean Cazes

Le projet immobilier d’ACERO passe de 18 à 7 étages

En 2018, le projet immobilier présenté pour remplacer l’église Saint-François d’Assise avait semé la controverse dans le quartier. Depuis, le groupe ACERO est retourné à la table à dessin et semble avoir trouvé un consensus avec la dernière mouture de son projet. Au lieu d’une tour de 103 logements sur 18 étages, c’est un concept de 92 logements sur 4 à 7 étages, dont 12 maisons de ville, qui est proposé.

Au début de l’année 2018, la présentation publique du groupe immobilier ACERO avait suscité une vive opposition à l’assemblée du conseil de quartier du Vieux-Limoilou. La tour de 18 étages ne respectait pas le zonage en vigueur et allait dénaturer le quartier, selon les citoyens. Quelques mois plus tard, une pétition de 1400 signatures du groupe Action Limoilou était déposée au conseil de ville. Conséquemment, ACERO a décidé de retourner à la table à dessin afin de concevoir un projet qui mariait ses propres objectifs avec ceux de la Ville et des citoyens concernés.

Vers l’acceptabilité sociale

ACERO a obtenu l’aval de la Commission d’urbanisme de Québec pour sa dernière version du projet d’une hauteur maximale de 26 mètres, avec un volume variable oscillant entre 4 et 7 étages. Le promoteur affirme avoir impliqué une dizaine de représentants des citoyens dans le processus de conception au cours de la dernière année, incluant Action Limoilou et le conseil de quartier du Vieux-Limoilou.

« On a impliqué aussi les gens de Vivre en ville. Ils voulaient travailler avec nous pour l’aspect d’acceptabilité sociale et développer certains éléments. On n’a pas travaillé avec eux précisément, mais on les a invités à notre processus. Ils ont d’ailleurs participé à la dernière rencontre de façon active pour l’élaboration finale du concept », précise Benoit Raymond, président de ACERO Groupe Immobilier.

À la demande des citoyens, le projet inclut maintenant des maisons de ville de deux étages, dotées d’entrées indépendantes et donnant sur la rue Saint-Martial.

« On est reparti un peu à zéro. On a décidé de valider quelles étaient leurs appréhensions et valider quels étaient leurs objectifs et de bien comprendre ce qu’ils n’aimaient pas du projet et ce qu’ils voyaient à cet endroit », affirme Benoît Raymond, président de ACERO Groupe immobilier. L’immeuble abritera également trois commerces, dont un café. « Le premier projet avait 24 000 pieds carrés pour du commercial. Aujourd’hui, il reste seulement 4000 pieds », ajoute le promoteur.

Mobilisation citoyenne

Raymond Poirier, président du conseil de quartier du Vieux-Limoilou, confirme que son équipe a participé activement au processus et il admet qu’il a senti une ouverture pour poursuivre la discussion et les échanges, ainsi que pour faire évoluer le projet.

« Cela nous a permis d’expérimenter un processus assez unique. Je ne pense pas que ce type de collaboration s’est vue ailleurs à Québec, sous toute réserve et à ma connaissance. »

Ce matin sur Facebook, Action Limoilou confirmait « avoir obtenu une belle victoire pour Limoilou et les 1500 signataires de la pétition qui ont exprimé aux autorités municipales que les projets de tour immobilière n’ont pas leur place quand ils ne respectent pas le zonage et l’architecture d’un quartier ».

Le groupe préfère se prononcer davantage sur le projet une fois qu’il sera rendu public en novembre, mais sa porte-parole affirme que plusieurs autres modifications ont été apportées pour répondre aux besoins des familles et des résidents du quartier. Entre autres, les appartements seront répartis entre des lofts, des 2 ½, des 3 ½, des 4 ½ et des 6 ½ (maisons de ville) et les arbres seront préservés le long des rues de l’Espinay et Saint-Martial.

Prochaines étapes

La consultation publique portant sur la modification de zonage pour ce projet de construction a lieu le 20 novembre prochainau Centre Jean-Guy Drolet dès 19 h. Le promoteur y présentera la dernière version du projet. Cetteconsultation amènera le conseil de quartier à formuler une recommandation, qui sera transmise au conseil d’arrondissement. La décision de ce dernier sera prise lors d’une prochaine séance, possiblement en décembre. Le promoteur espère pouvoir débuter les travaux au printemps 2020 pour livraison en 2021.

« Évidemment, le 20 novembre, la population pourra voir et découvrir la nouvelle mouture du projet, et pourra donc poser ses questions, interagir et accompagner aussi le conseil de quartier dans la recommandation qu’il aura à émettre », conclut Raymond Poirier, président du conseil.

À lire aussi: 

En savoir plus sur...