Le sanctuaire Notre-Dame de Rocamadour prend son envol | 30 septembre 2020 | Article par Véronique Demers

Vue de l’intérieur de l’église Saint-Fidèle, abritant le sanctuaire Notre-Dame de Rocamadour.

Crédit photo: Véronique Demers

Le sanctuaire Notre-Dame de Rocamadour prend son envol

Sis dans l’église Saint-Fidèle à Limoilou, le sanctuaire Notre-Dame de Rocamadour gagnera du lustre grâce à un projet de 1,8 M$ permettant de mettre davantage en valeur la dévotion à cette sainte. L’ensemble du projet devrait être terminé d’ici l’automne 2022.

Publicité

Le projet comprend les aménagements nécessaires pour la mise aux normes, l’accessibilité universelle (un ascenseur sera ajouté) et une salle d’exposition au sous-sol. Ce n’est toutefois pas l’exposition d’icônes annoncée l’an dernier qu’on y trouvera.

« Le projet des icônes n’a pas abouti », résume l’abbé Julien Guillot, curé de la paroisse Saint-François-de-Laval, sans vouloir s’étendre davantage sur le sujet. « Toutefois, il pourra y avoir des expositions, de l’animation en direct, de la peinture; ça peut même être de l’art séculier qui y est exposé », laisse-t-il entrevoir, manifestant ainsi sont désir de collaborer avec la communauté limouloise.

Rappelons que les artefacts religieux liés à Notre-Dame de Rocamadour ont été jusqu’en 2012 dans l’église Saint-François-d’Assise, maintenant détruite.

« Un sanctuaire a une vocation plus grande que l’église. Il y aura donc un espace pour Notre-Dame de Rocamadour dans le sous-sol, mais aussi dans l’espace sacré de l’église. […] Dans notre projet, on prévoit aussi un réaménagement de la façade du sanctuaire, en remettant Notre-Dame de Rocamadour au centre, avec une placette et du mobilier urbain », résume l’abbé Julien Guillot.

Partenariat avec le milieu

« Un sanctuaire accueille la vie du monde sous toutes ses formes. Le sanctuaire et l’être humain ne sont pas séparés », ajoute l’abbé Guillot. Le lieu pourra même servir de salle de réception pour les petits et les grands groupes (lorsque les règles sanitaires le permettront) et avoir un service de traiteur.

Le curé de la paroisse Saint-François-de-Laval cherche à établir le plus possible des partenariats locaux, tant avec les artistes pour la salle d’exposition que des traiteurs pour le service alimentaire.

L’abbé Guillot a déjà exprimé vouloir greffer le sanctuaire Notre-Dame de Rocamadour à la SDC Limoilou. « On veut se faire connaître davantage et contribuer à la vitalité économique du quartier. On va poursuivre les discussions avec la nouvelle responsable [Isabel Madrid, en poste depuis novembre 2019] », conclut-il.

En savoir plus sur...