Limoilou dans les années 1960 (130) : agent de circulation au carrefour de la Canardière et des Capucins | 14 juin 2020 | Article par Jean Cazes

Grégoire Doyon au centre d’une intersection achalandée du Vieux-Limoilou. Août 1968.

Crédit photo: Jocelyn Paquet (collection personnelle)

Limoilou dans les années 1960 (130) : agent de circulation au carrefour de la Canardière et des Capucins

La série « Limoilou dans les années 1960 » revisite le passé du quartier à travers des images d’archives tirées de diverses sources.

Publicité

Immortalisée en août 1968, la scène à la une souligne le travail de l’agent de circulation Grégoire Doyon, à l’entrée est du Vieux-Limoilou. Cette photo est tirée d’une série provenant du fonds du collectif de photographes du Soleil, Photo moderne. Ce fonds ne représente qu’une partie de l’impressionnante collection de négatifs de Jocelyn Paquet.

Outre cette photo prise au croisement du chemin de la Canardière et du boulevard des Capucins, nous avons inclus dans la galerie ci-dessous une autre sous un angle légèrement différent, toujours en direction est.

Les scènes comparatives datent du 11 juin 2020.

Une vedette locale !

M. Doyon à son poste. Août 1968.
Crédit photo: Jocelyn Paquet (collection personnelle)

Comme nous l’avions évoqué dans cette autre capsule historique, il était habituel, à cette époque, de croiser au quotidien des agents de circulation, certains se mettant en spectacle au grand plaisir de tous !

Voici de nouveau ce que l’ethnologue et membre de la Société historique de Limoilou (SHL), Kathleen Pouliot, avait écrit au sujet de monsieur Grégoire Doyon dans son mémoire de maîtrise :

« L’intersection Canardière et des Capucins produit alors un flux de circulation qui est géré par un policier jusqu’au milieu des années 1970; celui-ci se dressait sur son module matin et soir. […] M. Grégoire Doyon a marqué le vécu des Limoulois. En effet, ce policier faisait partie intégrante du quartier et obtenait la reconnaissance des automobilistes qui le saluaient et lui offraient des présents à l’occasion des fêtes. »

Dans la publication de Jocelyn Paquet, Denis Racine explique qu’avant la construction de l’autoroute Dufferin-Montmorency, les artères de ce carrefour étaient très achalandées en direction du Vieux-Port et du Vieux-Québec, justifiant ainsi l’inoubliable présence de cet agent vedette.

Un paysage urbain en profonde transformation

Ce rappel du passé du collectif Photo moderne illustre d’autre part l’évolution commerciale et du bâti du secteur depuis au moins 60 ans, que nous avons aussi évoquée à quelques reprises.

Le Petit Colonel. 1er juin 1966. Collection Jocelyn Paquet.
Crédit photo: Jocelyn Paquet (collection personnelle)

À titre d’exemples :

  • Sur la droite de la photo en entête, le Petit Colonel, un « Poulet frit à la Kentucky » (photo ci-contre provenant du fonds Lefaivre & Desroches), a opéré du milieu des années 1960 jusqu’aux années 1990. Le resto était localisé à l’extrémité du vaste quadrilatère longtemps à vocation commerciales qu’occupe aujourd’hui l’ensemble résidentiel Îlot des Capucins.
  • En arrière-plan, l’ancien concessionnaire Beaulé automobiles a fait place à un terrain gazonné par la Ville dans la foulée des travaux de réfection du boulevard des Capucins en 2011.
  • Enfin, comme nous l’avions mentionné dans cette autre publication, la seconde photo d’époque met en évidence un édifice à logements et une station-service Texaco, démolis vers 1974-1975 dans le but d’aménager l’entrée nord du Cégep Limoilou.

Vous avez, vous aussi, des informations ou des souvenirs à nous partager sur Grégoire Doyon, le Petit Colonel ou les autres commerces qu’on retrouvait jadis à cette intersection ? N’hésitez pas à nous en faire part sur notre page Facebook !

Voir le billet précédent de la série : Limoilou dans les années 1960 (128) : Le Snack-Bar, l’ancêtre de Lilo.