Limoilou dans les années 1960 (131): travaux sur la 4e Rue | 5 juillet 2020 | Article par Jean Cazes

La 4e Rue en 1969. Vue en direction est.

Crédit photo: Jocelyn Paquet (collection personnelle)

Limoilou dans les années 1960 (131): travaux sur la 4e Rue

La série « Limoilou dans les années 1960 » revisite le passé du quartier à travers des images d’archives tirées de diverses sources.

Publicité

Immortalisée en octobre 1969, la scène en entête illustre non seulement un chantier d’infrastructure à l’angle de la 4e Rue et de la 2e Avenue, mais aussi, des commerces et un salon de quilles qui en font son principal intérêt. Cette photo est tirée d’une série provenant du fonds du collectif de photographes du Soleil, Photo moderne. Ce fonds ne représente qu’une partie de l’impressionnante collection de négatifs de Jocelyn Paquet.

La scène comparative dans la galerie ci-bas, en direction est, date du 25 juin 2020.

Carrefour d’établissements mythiques

Pour faire suite à notre appel à tous sur la page Facebook du groupe « Retour vers le Passé (ville de Québec) », Claude Hawey y va avec la description et le témoignage qui suivent. Ces informations s’ajoutent à celles qu’on avait déjà diffusées dans cette autre capsule historique portant sur le salon de quilles Vallières :

« La taverne Le Castor [au rez-de-chassée de l’immeuble en arrière-plan] est devenue une brasserie et était la propriété de M. St-Hilaire. La salle de quilles Vallières [au deuxième étage] appartenait à cette époque à Ti-Loup Vallières et avait 18 allées avec planteurs manuels dont le plus célèbre était Wilfrid Pageau, surnommé Frid. Plus tard, Gaston Dolbec, Jean-Paul Giroux, Roger Giroux et le père Napoléon ont pris le relais. Puis mon père Jocelyn a racheté les parts de Napoléon vers 1972. Entre-temps, la bâtisse est devenue la propriété de Ben Huot plomberie. J’ai acheté du groupe la salle de quilles en février 1984, qui a finalement passé au feu dans une perte totale en septembre de la même année. Ben Huot a reconstruit pour lui exclusivement par la suite. »

Aussi inspiré par cette photo d’époque, l’auteur, militant et ex-journaliste Gilles Simard ajoute son grain de sel en évoquant une autre de ses savoureuses tranches de vie de jeunesse dans les quartiers centraux :

« J’allais de temps à autres au Castor, dont certains clients se tenaient aussi Chez Phil [aujourd’hui, Yannick Fromagerie] et à la taverne Viger, sur Dupont. Me semble aussi que M. Vallières était propriétaire de la taverne La Chope, sur la 3e Avenue. Dans les années 60-70 par exemple, les étudiants du Cégep Limoilou qui voulaient boire un verre de draft pouvaient aller soit à La Chope, ou Chez Phil ou au Castor, ou encore au bar du Cendrillon. Il y eut aussi Le Cavalier rouge, à côté du tunnel de la voie ferrée. À cette époque, les filles n’étaient évidemment pas encore admises dans les tavernes… »

Cela dit, au coin de la 2e Avenue, Sami Le Gentleman Barbier occupe maintenant les locaux de l’ancien restaurant. L’entreprise voisine Serge Plamondon Carrossier a pour sa part succédé au Garage Limoilou.

Vous avez, vous aussi, des informations ou des souvenirs à nous partager sur les différents commerces qui illustrent la photo d’époque ? N’hésitez pas à nous en faire part sur notre page Facebook !

Voir le billet précédent de la série : Limoilou dans les années 1960 (130) : agent de circulation au carrefour de la Canardière et des Capucins.